Cannes : plongée dans les entrailles des satellites

FRANCE

1/8 C’est l’un des plus beaux produits actuellement en chantier dans les locaux cannois de Thales Alenia Space. Il s’agit d’une machine participant au programme ExoMars regroupant trois missions spatiales à destination de la planète Mars. Sur cette image, on

B.L.R.

2/8 Différents tests sont effectués avant qu’ils prennent leur envol dans l’espace. Ici, par exemple, un exemplaire du premier satellite de communication destiné au Turkménistan va subir les affres d’une grande cocotte thermique géante dans lequel il a été i

B.L.R.

3/8 Environ 200 salariés contrôlent, analysent, assemblent chaque satellite dont certains modèles peuvent peser cinq tonnes. Chaque pièce est composée en moyenne de 30 kilomètres de fils et câbles. Ils embarquent aussi un réservoir avec du carburant spécial

B.L.R.

4/8 Sous cette plateforme jaune, Thales Alenia Space reproduit les mêmes vibrations que celles vécues par les satellites lors de leur lancement en fusée. Le test dure en moyenne deux jours. Les satellites sont secoués sur les trois axes dans ce shaker géant.

B.L.R.

5/8 Des spécialistes s’activent sur Sentinelle 3, dédié à l’environnement. Commandé par l’agence spatiale européenne pour un contrat de plus de 300 millions d’euros, ce satellite totalement fait sur mesure permettra notamment d’observer la couleur des océans

B.L.R.

6/8 Ce 4ème exemplaire de la 2ème génération de Meteosat devrait être lancé l’an prochain. Géostationnaire, il fournira des images météorologiques de l’Europe mais aussi de l’Afrique. Il tournera sur lui-même (100 tours par minutes), sa caméra scanner restit

B.L.R.

7/8 Les satellites sont composés de matériaux composites dont certains sont cuits dans un four géant dans les locaux cannois. L’objectif est de les rendre les plus solides et plus légers possibles d’où, par exemple, l’utilisation de structures aluminium en n

B.L.R.

8/8 Dans cette immense salle sont assemblées différentes pièces des satellites, un peu comme dans une chaine de montage de voitures. Des matières premières aux tests finaux, les satellites avancent à travers un bâtiment d’un seul tenant de 350 mètres au fur

B.L.R.