Carrefour Lingostière à Nice : "Un bilan miraculeux"

Carrefour Lingostière à Nice : "Un bilan miraculeux"

DirectLCI
FAIT DIVERS - Les experts rendront un premier avis en fin de journée sur l’origine de l’effondrement de la dalle de 200 m2 du centre commercial Carrefour Lingostière à Nice. La décision de rouvrir ou pas le site au public pourrait être prise dans la foulée

Ce jeudi matin, plus de quinze heures après l’effondrement de l’imposant auvent en béton de l’entrée nord du centre commercial Carrefour Lingostière, à Nice, les fouilles à la recherche d’éventuelles victimes ne sont pas complètement terminées. "Il s’agit d’une zone de 20 mètres carrés sous un pylône. Nous voulons voir si dessous il n’y a personne", a indiqué Jean-Eric Winckler, le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes. Après plusieurs heures de recherches avec de gros engins de levage, le résultat est finalement tombé en début d'après-midi : aucun victime n'a été découverte sous les décombres, a confirmé la police sur son compte Twitter.
 

Depuis le début de la matinée, des ouvriers et des experts tentent de comprendre ce qui s’est passé mercredi vers 17 h 30 lorsque les 200 mètres carrés de béton se sont écroulés, détruisant en partie une pharmacie et blessant légèrement deux personnes. Un bilan qualifié de miraculeux par les secours d’autant que le site, qui a accueilli 5,4 millions de clients en 2013, était très fréquenté en ce mercredi après-midi. "Sur les images vidéosurveillance, indique le directeur de cabinet, on aperçoit notamment une famille autour d’un chariot qui a un impressionnant réflexe en se reculant juste à temps lorsque le toit tombe".

 
Construit en 1978 et rénové en 1998
 

Un premier rapport devrait être rendu en fin de journée sur l’origine de cet effondrement. Plusieurs témoins nous ont confirmé que d’impressionnantes quantités d’eau se sont déversées en même temps que la dalle en béton s’écrasait au sol. Les fortes pluies de ces derniers jours se sont-elles accumulées sur le toit qui a, ensuite, cédé sous le poids ? Pour l’heure, cette hypothèse ainsi que celle d’un affaiblissement de la structure, voire du sol, sont étudiées mais aucune n’est officiellement privilégiée.

Des inspections sont notamment menées sur le deuxième auvent du centre commercial de taille équivalente à celui qui s’est écroulé. En particulier pour voir si les eaux s’y évacuent normalement. La toiture, située juste à côté de la casquette effondrée, est aussi examinée de près. 

Le bâtiment de 37 100 mètres carrés, construit en 1978 et rénové en 1998 selon la société Klépierre copropriétaire avec Carrefour, restera fermé au minimum toute la journée. Au grand dam des cohortes de clients qui se succèdent en voiture devant l'entrée du parking barré. Les 900 employés des 49 magasins du centre commercial ont été invités à rester chez eux. "On ne sait pas quand on reprendra le travail", a confié l’un d’eux ce jeudi matin.

Les expertises n’étaient toujours pas terminées ce jeudi soir, et la préfecture a indiqué qu’elle ferait un nouveau point vendredi matin.

 
 
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter