Ces Niçois qui maintiennent le stade du Ray en vie

Ces Niçois qui maintiennent le stade du Ray en vie

DirectLCI
Une vingtaine d’employés municipaux, deux clubs de sport et même quelques intrus continuent d’occuper le stade du Ray, pourtant voué à la disparition…

Verte, rase, propre : la pelouse du stade du Ray n’a peut-être jamais été aussi belle. Pendant 86 ans les joueurs du Gym l’ont foulée, piétinée, maltraitée. Mais depuis le 1er septembre et la "Der du Ray", plus aucun match et un entretien toujours régulier l’ont rendue resplendissante. Un gazon plein de vie dans une enceinte sportive vouée à la disparition, mais encore fréquentée par des centaines de Niçois.

"Souvent, des gens de passage dans la rue entrent et demandent à jeter un œil au stade", raconte un des vingt-quatre employés municipaux qui travaillent toujours aux ateliers du Ray, implantés sous la Populaire depuis la création du stade en 1904. "Et il n’y a pas qu’eux !" embraye un autre : cela fait plusieurs fois que des individus s’introduisent de nuit dans le stade pour se prendre en photo ou même taper la balle sur la pelouse mythique.

Deux clubs bien présents

Deux associations sportives occupent aussi les lieux : le Billard club de Nice et l’OGC Nice… Escrime. Le premier compte plus de 100 licenciés, tandis que le second dépasse les 260 fidèles. Denis Cardinali, trésorier du club de billard, s’inquiète : "la mairie dit qu’elle nous fournira une salle mais à l’heure actuelle on ne sait rien". Contactée par metronews, la ville confirme que le lieu du relogement n’est pour l’instant pas décidé.

Annaïck Ferrari, présidente de l’OGC Nice Escrime, est plus sereine : "nous faisons partie du projet depuis le début, on sait qu’on sera relogés en temps et en heure". Elle voit aussi la possibilité de "répondre aux besoins du club, 7 fois médaillé aux Jeux Olympiques". Une salle plus grande, avec plus de pistes et une tribune pour accueillir des championnats nationaux et internationaux. Mais il y a beau avoir encore de la vie, Greg’, le gardien, n’est pas dupe : "il est mourant, le Ray".

CONCERTATION
Une concertation publique sur l’avenir du site du Ray est en cours jusqu’au 17 février. Pour participer, rendez-vous au centre d’Animation et de Loisirs Gorbella du lundi au vendredi de 9 heures à 21 heures et le week-end de 9 heures à 18 heures, ou au Forum d’Urbanisme et d’Architecture en semaine de 8h30 à midi et de 13h30 à 17 heures.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter