C’était un 1er juillet : Qui se cache derrière le Minitel rose ?

DirectLCI
En 1988, les équipes de TF1 ont enquêté sur la pratique du Minitel rose, l’ancêtre du téléphone rose. Derrière les écrans se trouvaient principalement des étudiants qui cherchaient à arrondir les fins de mois pour 40 francs de l’heure, soit près de 10 euros.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter