Charlie Hebdo : à la mosquée de Marseille, l'hommage aux victimes de l'attentat

Charlie Hebdo : à la mosquée de Marseille, l'hommage aux victimes de l'attentat

HOMMAGE – Comme dans toutes les mosquées de France, un hommage a été rendu aux victimes de l’attentat au siège de Charlie Hebdo dans les mosquées de France à l’occasion de la grande prière du vendredi. Reportage à la mosquée Bilal dans le centre-ville de Marseille.

La petite mosquée Bilal, à deux pas de la gare Saint-Charles, est comme d’habitude trop petite pour accueillir tous les fidèles. "Il n’y a plus de places", s’adresse l’air désolé Moussa Koité, secrétaire général du lieu de culte, à une poignée d’hommes en retard pour la grande prière du vendredi.

Un rendez-vous hebdomadaire important. "Surtout étant donné le contexte actuel" souffle l’imam Ahmed Djiguene, conscient du lourd climat pour les musulmans de France suite à l’attentat des frères Kouachi au siège de Charlie Hebdo .

>>  Suivez en direct avec nous les évènements

"Mais le musulman est un agent de la paix ! Là où il se trouve, la paix doit régner", lance-t-il dès le début de son prêche devant la foule, incitée à clamer que la religion revendiqué par les terroristes, "n’est pas notre vision de l’islam". "Continuons à marcher la tête haute, pour dire que ce qui compte, c’est la vie", ajoute-t-il l’air grave.

Fin de la prière. Dans le calme. Des petits groupes se forment. Les pratiquants discutent paisiblement. "Ce qu'il vient de se passer est dans toutes les têtes", souligne Mokthar. Certain que les gens ne feront toutefois "pas de liens" entre islam et terrorisme, il est vite contredit par Kheired, à ses côtés.

De l'huile sur le feu"

"J’aimerais en être aussi sûr que toi", déclare-t-il. "Mais, j’ai peur que certains en profitent pour jeter de l’huile sur le feu et se servent de l’exemple des frères Kouachi pour stigmatiser l’islam", redoute cet habitant du quartier Saint-Charles.

"Moi, je ne veux même pas parler d’eux, balaie Sofiane de la tête. Ce serait leur faire un honneur. Mais ils n’ont pas fait cela au nom de l’islam, ajoute le jeune homme, mais uniquement dans leur intérêt".

Faire de l’attentat de Charlie Hebdo "un détonateur"

"Ce sont des jeunes en détresse", affirme pour sa part Moussa Koité, renvoyant l’Etat à ses responsabilités. "Depuis la loi de 1905, les lieux de culte ne sont plus subventionnés. Ici, nous sommes pauvres, nous n’avons que la parole pour fidéliser ceux qui viennent nous voir. Mais certains veulent plus", assure le secrétaire général de la mosquée Bilal.

"Ils veulent l’argent et se font berner par les messages qu’ils voient sur les vidéos d’Internet leur promettant la gloire", analyse-t-il. "C’est triste à dire, mais l’événement de Charlie Hebdo pourrait être le détonateur pour changer les choses".
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un conseil de défense sanitaire se tiendra lundi, annonce Jean Castex

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.