Chenilles dans les cantines marseillaises : la Sodexo pointée du doigt

Chenilles dans les cantines marseillaises : la Sodexo pointée du doigt

DirectLCI
ALIMENTATION – Après la découverte d’insectes dans les plats, les lots suspects sont actuellement analysés dans un laboratoire.

Après l’émoi, l’enquête. Un jour après la découverte d’insectes dans des plats cuisinés d’une école du 6ème arrondissement de Marseille , les lots suspects ont été envoyés dans un laboratoire pour des analyses d’une durée de 6 à 7 jours. Des tests pour déterminer la provenance des chenilles dans les choux-fleurs mais aussi vérifier s’il s’agissait bien d’un insecte dans des lots de riz.

En attendant les résultats, le patron de Sodexo Education est venu mardi rencontrer l'adjointe responsable des écoles à Marseille. À la suite de la réunion, il a été décidé, le temps de l’enquête, de "supprimer des menus des enfants les brocolis et les choux", dont les têtes sont difficiles à inspecter, indique l’élue Danièle Casanova. "Et le riz avec lequel on a eu des problèmes", ajoute-t-elle.

De son côté, la Sodexo a décidé de suspendre temporairement ses achats auprès de son fournisseur comptant parmi les plus importants producteurs français de légumes issus de l’agriculture biologique, tant qu’il ne sera pas en mesure de garantir l’absence de corps étrangers.

Menace sur le contrat

Parmi les autres mesures prises à l’issue de la réunion, un audit a été demandé pour vérifier toute la chaîne de distribution des plats destinés aux cantines scolaires. "La sécurité alimentaire des petits Marseillais est garantie, nos processus sont maîtrisés, nous disons aux parents venez voir, nous sommes ouverts", assure le directeur régional Sodexo Education, Aurélien Blanchet.

Une tentative de calmer le jeu alors que le tonnerre gronde du côté du maire Jean-Claude Gaudin. "Si les événements se reproduisaient, je ne transigerai pas sur la santé des enfants et je remettrai en cause le contrat signé par la Sodexo", indique-t-il sur Twitter. Mercredi, une manifestation, à l’appel de parents d’élèves, est prévue devant la cuisine centrale de Marseille, pour demander de mettre un terme au contrat.
 

Sur le même sujet

Lire et commenter