Christian Estrosi retire sa plainte contre Patrick Allemand

Christian Estrosi retire sa plainte contre Patrick Allemand

France
DirectLCI
POLITIQUE - Après avoir menacé d'attaquer toute personne diffusant des "informations mensongères" sur sa gestion des comptes publics, le maire de Nice fait, en partie, machine arrière. Il annonce avoir retiré sa plainte contre son opposant socialiste Patrick Allemand.

Patrick Allemand n'aura pas à se justifier devant la justice pour la diffusion de son tract "Fils de Nice, père de la dette: 337 millions en 2008, un milliard en 2012. Quand l'arrêterez-vous?" durant la campagne pour les municipales. Christian Estrosi, visé par ce qu'il a rapidement qualifié de "de fausses informations", a finalement décidé d'abandonner les poursuites.

Il "considère qu'il faut désormais tourner la page de la campagne électorale et que le compte administratif vient apporter un désaveu cinglant à ceux qui ont proféré de fausses informations durant la campagne", croit savoir Nice-Matin .

Baisse de la dette

Lors du conseil de la Métropole, le 28 avril, celui-ci avait en effet présenté un bilan financier plutôt positif . D'après ces chiffres, la durée nécessaire au remboursement de la dette aurait baissé de 9,32 ans en 2012 à 7,8 années en 2013. Prenant "acte du mea culpa de Patrick Allemand lors du dernier conseil métropolitain", le maire de Nice a décidé de cesser les poursuites judiciaires à son encontre.

Une décision qui laisse un peu perplexe son opposant socialiste : "Je n'ai pas été convoqué par la justice, je n'ai jamais reçu le moindre courrier, ni aucun élément attestant que cette plainte a été réellement déposée, enregistrée, instruite."

Pour ce dernier, c'est un autre geste que Christian Estrosi devrait accomplir en retirant la délibération du 15 novembre qui l'autorise à ester en justice contre toute personne diffusant soi-disant "de 'fausses informations de nature à troubler la paix publique'". Selon Patrick Allemand, celle-ci pèse en effet sur "l'expression de l'opposition, de toutes les oppositions".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter