Comment dépoussiérer le marché Victor-Hugo ?

Comment dépoussiérer le marché Victor-Hugo ?

COMMERCE - Les 130 artisans et commerçants de la halle Victor-Hugo ont rendez-vous ce samedi avec la municipalité pour décider de l'avenir de ce lieu toulousain emblématique. L'inquiétude monte devant la perspective de travaux pouvant s'échelonner sur plusieurs années.

Une "verrue" en centre-ville, un parking devenu "inadapté", des fuites et de "l'humidité dans les caves" et un froid qui transperce les vêtements l'hiver ; de l'aveu même des commerçants, la halle Victor-Hugo a besoin d'un coup de jeune.

C'est aussi l'avis de Jean-Luc Moudenc, qui les a invités à une réunion stratégique, samedi, pour décider de l’avenir de la halle et de son parking . La municipalité, propriétaire des lieux, compte en effet profiter de l'arrivée à échéance de la concession du parking à Vinci, en 2016, pour lancer d'éventuels travaux. Toutes les pistes sont possibles : du statut quo à la simple rénovation en passant par une réfection totale avec destruction du parking.

Les commerçants de la halle partisan d'une rénovation ?

Depuis l'annonce de cette réunion, la question est sur toutes les lèvres dans les allées du marché. "On peut dire que ça nous occupe, même si on ne sait rien pour le moment, lance Fabien Besnier, derrière son étal de boucher. Je ne suis pas contre des travaux mais j’aimerais retrouver mon emplacement ensuite. Et le problème c’est que je viens de rénover ma loge alors tout dépendra des indemnisations". "Refaire un emplacement coute autour de 100 000 euros, alors s'il faut tout casser un an après", ajoutent Mauricette et José Martin, un couple de fromagers installés depuis plus de quarante ans dans la halle.

Eux craignent principalement le déménagement sur les allées Jean-Jaurès pendant la durée des travaux, estimée à deux ou trois ans au moins. "Cela ferait baisser notre clientèle d'au moins 30 %, certains ne tiendront pas". Gérard Garcia, trésorier de l'association des commerçants du marché se montre prudent : "Nous avons confiance dans la mairie. La décision ne sera pas prise sans nous. On a cinq cents salariés qui travaillent ici, ce n'est pas le moment de les mettre au chômage". Signe que la voix qu'ils défendront sera celle d'une simple rénovation ?

Pour certains restaurateurs, il faut tout refaire

Cette solution à mi-chemin est jugée frileuse pour certains restaurateurs. A l'étage, Mathieu Deschamps, du Louchebem, imagine déjà "une grande terrasse piétonne qui relancerait l'activité et un parking sous-terrain". Il montre une photo de la halle au début du siècle. "On pourrait imaginer une halle comme à Saint-Cyprien, en plus grand. Le problème c'est que la majorité des commerçants voudrait des améliorations sans bouger. Mais ce n'est pas possible". Même son de cloche sur la place. Pour Jean-Pierre Gleize, du Victor, "il faut tout raser ! Le marché est en perte de vitesse c'est la seule façon d'attirer les toulousains et une nouvelle clientèle".

Autant d'avis que la mairie devra tenter de concilier demain.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Portugal-France : les Bleus qualifiés, ils affronteront la Suisse en 8e de finale

Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

EN DIRECT - La France repasse sous la barre des 10.000 patients hospitalisés du Covid-19

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.