Comment le Voyage à Nantes 2014 s’adapte aux critiques

Comment le Voyage à Nantes 2014 s’adapte aux critiques

France
DirectLCI
TOURISME – La programmation pour ce grand évènement estival qui débute le 27 juin à Nantes a été dévoilée. Si le principe reste le même : des œuvres d’art réparties dans toute la ville le long d’un trajet d’une dizaine de kilomètres, des ajustements ont été faits.

"Trop élitiste", "trop pointu"… Les deux premières éditions du Voyage à Nantes (VAN) ont suscité les critiques, particulièrement fortes lors des municipales de mars dernier. Résultat, pour l'édition 2014, des ajustements ont été faits. Metronews fait le point.

De la communication plus grand public
La dernière affiche promotionnelle du VAN, représentant deux personnes nues et barbues sur une pirogue avait provoqué l’incompréhension. "L’affiche doit vendre la ville", indiquait, agacé, Gilles Cibert, président du club hôtelier. Il a été entendu car cette année, toute une série de visuels ont ainsi été réalisés, mettant en avant le Château, le Jardin des plantes, le Grand Eléphant, ou encore la compagnie Royal de Luxe… Le tout accompagné d'un slogan jugé plus parlant par les professionnels du tourisme : "Nantes, faites le voyage !" Elles seront placardées jusqu’à la mi-août à Paris, Lille, Marseille et Lyon.

Plus de présence sur l’espace public
Réinvestir la ville. C’était l’une des consignes de la maire de Nantes, Johanna Rolland. Ainsi, les Stations gourmandes et ses vergers ou encore les barbecues du collectif Fichtre, déplacés sous la grue jaune, font leur grand retour. Des nouveaux  projets apparaissent : l’artiste japonais Kinya Maruyama construit square Mercœur un dragon qui servira d’aire de jeu, un cinéma en plein air se tiendra sur le toit de l'école d'architecture, des structures végétales vont investir les douves du Château.

Des sculptures pérennes
Plus de "gâchis", comme le dénonçait l'opposition : en 2013, tout a été démonté à la fin de l’été. Mais cette année, Jean Blaise, le directeur du VAN a indiqué que plusieurs propositions, comme la sculpture en bois ressemblant à un oursin géant de Vincent Maugé place du Bouffay, ou le terrain de "Footcheball", mi-chaumière, mi-babyfoot sur l’île de Nantes, pourront être "réinstallés dans la ville" : "Plus on laissera de signes de créativité dans la cité des ducs, plus elle sera fascinante."

Les locaux davantage mis en avant
Johanna Rolland a insisté sur la "place forte" faite à de jeunes artistes nantais dans cette troisième édition : une vingtaine de propositions émanent en effet de talents locaux. De même, les commerçants, dont certains estimaient être mis de côté par le Voyage, ont été plus étroitement associés : trois designers ont ainsi réinterprété les enseignes d’une cinquantaine de boutiques du centre-ville.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter