Comment Lille est devenue une terre de rugby

Comment Lille est devenue une terre de rugby

France
DirectLCI
SPORT – Tandis que le stade Pierre-Mauroy de Lille accueille, ces vendredi et samedi, les deux demi-finales du Top 14, le Lille Métropole Rugby (LMR) a multiplié par quarante son public en seulement neuf ans. Pour la troisième année consécutive, le club nordiste est en passe d'accèder à l'élite de la Pro D2. Son président, Jean-Claude Branquart, nous explique les raisons de ce succès populaire.

Lille a désormais une place de choix dans l'ovalie tricolore. Depuis trois ans, le  Lille Métropole Rugby (LMR) se maintient autour de la trentième place et disputera ce dimanche, pour la troisième année consécutive, une demi-finale capitale pour accéder enfin à l'élite nationale de la Pro D2. 

Une réussite sportive qui a fait pencher fortement la balance de la Fédération Française de Rugby (FFR) sur le choix du stade Pierre-Mauroy , pour accueillir les deux demi-finales du Top 14 vendredi et samedi. "Lille est dorénavant une vraie terre de rugby, indique à metronews Jean-Claude Branquart, président du LMR. Nous avons gommé une anomalie en devenant le seul club au Nord de Paris à ce niveau".

Le meilleur public de France

En neuf ans, le nombre de spectateurs a ainsi été multiplié par quarante. Le LMR est devenu le second club lillois et le quatrième du Nord-Pas-de-Calais en termes de fréquentation. "Nous sommes passés de 250 spectateurs à une moyenne de 4 000 par match, se félicite Jean-Claude Branquart. Pour les grandes rencontres, nous en accueillions jusqu'à 8 000". 

Les raisons d'un tel engouement ? Les bons résultats, bien sûr, mais aussi des valeurs du ballon ovale adossées à celles de l'âme de toute une région. "Les Nordistes sont aussi des adeptes de la convivialité, de la solidarité et de l'esprit de fête propre de notre sport, observe Jean-Claude Branquart. C'est aussi pour cela qu'autant d'eux répondent présents". Pour preuve, les supporters lillois ont été élus, l'année dernière, "meilleur public français" par les professionnels de la Fédération. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter