Corps retrouvé à Saint-Tropez : le bébé tué en Italie ?

Corps retrouvé à Saint-Tropez : le bébé tué en Italie ?

FAIT DIVERS - Le corps d'un petit garçon âgé de 10 mois a été retrouvé sur une plage du Var mardi après-midi. Pour l'heure l'identité de l'enfant et les causes de sa mort sont loin d'être établies.

"Il n'est pas rare que le courant ligure ramène des corps jusqu'au golfe de Saint-Tropez" a rappelé ce mercredi le procureur de Draguignan, Philippe Guémas évoquant la triste affaire qui a touché la ville la veille. Mardi à 14h50, une promeneuse avait découvert le corps sans vie d'un nourrisson dans une crique des calanques du cap Rabiou à Saint-Tropez.

Très vite, des rapprochements ont été opérés avec un fait divers sordide survenu la semaine dernière en Italie. "Le vêtement que portait le jeune cadavre pourrait correspondre avec le vêtement que portait le petit enfant en Italie, a indiqué le procureur. Les échanges de photographies avec le centre de coopération policière et douanière à la frontière franco-italienne semblent aller dans ce sens".

"Il devait mourir"

Jeudi dernier, une femme de nationalité russe en vacances en Italie avait été interpellée dans la zone d'Imperia en Ligurie après que son enfant de 10 mois a été porté disparu quelques jours plus tôt. C'est l'hôtel où elle résidait à Bordighera qui avait donné l'alerte, ne la voyant pas revenir. Pendant sa garde à vue, Natalia Sotnikova, 40 ans était passée aux aveux livrant des détails horribles sur les circonstances de la mort du petit Semyon, 9 mois.

Selon la procureure italienne Grazia Pradella, l'assassin présumé est sorti de l'hôtel où elle logeait à Bordighera , près de Vintimille, filmée par les caméras de surveillance. Elle a pris une voiture et après s'être arrêtée sur la côte à Bussana, a pris l'enfant dans un porte-bébé et a nagé dans la mer sur quelques centaines de mètres. "Quand elle s'est rendu compte que l'enfant était mort, elle a détaché le porte-bébé et l'a laissé partir à la dérive", avait expliqué Grazia Pradella la semaine dernière.

Pourquoi a-elle tué son fils ? "Elle pensait que son enfant souffrait, comme sa mère à elle, d'épilepsie et de schizophrénie. Tout cela parce que les jours précédents il avait eu des réactions physiques en raison de sa première dent", avait détaillé la procureur. "Semyon devait mourir et moi je l'ai tué", aurait déclaré la mère aux enquêteurs.

Expertises ADN

"Les extractions d'ADN sont en cours depuis la mi-journée en Italie et en France, puis une comparaison des profils génétiques sera faite par un expert pour voir s'il s'agit ou non de l'enfant", a fait savoir Philippe Guémas. Les résultats devraient être connus jeudi.

"S'il y a une corrélation absolue, l'affaire sera réglée d'un point de vue français", a précisé le procureur en notant qu'il s'agit "d'une affaire criminelle instruite en Italie". Une source proche de dossier assurait à metronews mercredi soir qu'il n'y avait désormais "presque aucun doute sur le fait que le cadavre retrouvé soit celui du petit Semyon."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : "Il ne faut pas qu'il y ait de réticence avec le Moderna", plaide le Dr. Jean-Paul Hamon pour cette campagne de rappel

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.