Dans le Nord, on déplore une moyenne d'un policier blessé par jour

FRANCE

SECURITE - En 2014, la sécurité publique du Nord a recensé quelque 340 policiers blessés en mission dans le département Nord. Selon les syndicats, les Nordistes sont de plus en plus récalcitrants à l'autorité.

C'est un chiffre qui symbolise la difficulté accrue du métier de policier dans le Nord. En 2014, quelque 340 agents ont été blessés en mission dans le département, selon un bilan dévoilé par la sécurité publique. Autrement dit, on compte, en moyenne, quasiment un fonctionnaire blessé par jour.

"Nous avons dorénavant à faire à une population de plus en plus récalcitrante à l'autorité, commente Arnaud Boutelier, secrétaire adjoint du syndicat Alliance Nord. On aimerait que la justice affiche plus de sévérité envers les délinquants, qui ont souvent un sentiment d'impunité." "Les agressions deviennent courantes, témoigne Thierry Depuyt, secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police. En octobre, un collègue a été carrément brûlé à l'essence sur une intervention banale à Dunkerque."

Un manque de moyens humains

Car, en parallèle, les policiers nordistes ne chôment pas, avec 2 000 appels et 600 interventions par jour, soit une toutes les 2,40 minutes. L'année dernière, environ 16 000 personnes ont ainsi été placées en garde à vue. "Le policier de sécurité publique doit tout faire, traiter toutes les maladies ordinaires, la délinquance de masse, nuit et jour, 24 heures sur 24", a déclaré Didier Perroudon, directeur de la sécurité publique du Nord, lors d'une remise de médailles.

Pour Arnaud Boutelier, ce nombre de sorties importantes illustre, surtout, le manque de moyens humains, notamment par rapport à une métropole telle que Lyon. "Les policiers nordistes sont en manque d'effectifs. Ils sont sans cesse sollicités et en tension", dénonce-t-il. "Ce surmenage est généré notamment par les départs en retraite qui ne sont pas remplacés, ajoute Thierry Depuyt. Sans parler, des fermetures de plus en plus nombreuses des petits commissariats de quartier."

A LIRE AUSSI >>  Nord : les bureaux de police de quartier emportés par la crise

Lire et commenter