De la boucherie à la cuisine en un clic

De la boucherie à la cuisine en un clic

DirectLCI
www.panieroullins.com permet aux habitants de commander et se faire livrer des produits de son boulanger, son boucher, ou de son fleuriste. Une première dans le Grand-Lyon.

Depuis une semaine, les habitants d'Oullins peuvent commander sur www.panieroullins.com leur pain, leur rôtis, leur fleur, et se le faire livrer. "Nous avons repris la base du cybermarché et l'avons adapté à des indépendants", résume Cécile Meauxsoone, manageur de centre-ville à Oullins qui a mis en place la plateforme avec des partenaires publics.

A la boucherie Antoine, deux commandes viennent d'être passées. "Le site me demande ce que je vais mettre en avant pour la St-Valentin, ce sera des côtes de bœuf", confie joyeusement Patrick Antoine, boucher-charcutier, convaincu du projet. "Si l’on n’est pas sur le Net aujourd’hui, c’est la disparition. " Pour lui, cette nouvelle forme de vente va l'entraîner à mettre en avant différemment ses produits : promotion, déstockage.

Cible visée par www.panieroullins.com : la clientèle active, qui n’a pas toujours le temps en semaine d’effectuer ses achats quotidiens dans ses commerces de proximité. "Deux tiers des habitants d'Oullins viennent travailler à l'extérieur, quand ils reviennent chez eux, ils vont au plus simple, donc à l'hypermarché", constate Cécile Meauxsoone.

14 commerçants ont rejoint la plateforme, dont deux petites enseignes de proximité. Chacun participe au financement du site, avec une somme allant de 20 à 30 euros par mois, à cela s’ajoute 2% du chiffre d’affaires. Cette participation pourra être réévaluée dans un an en fonction des résultats.

Pour les clients, les prix indiqués sur le site sont les mêmes qu'en magasin. La livraison lui coûtera 3€ dans un point relais, et 5€ à son domicile. Il doit passer une commande globale d'au moins 20€. Pour être viable, le site qui devra à l'avenir s'autofinancer, soit dans 18 mois, durée de l’expérimentation, doit totaliser 20 à 30 commandes par jour.

"L'idée est bonne pour les personnes non valides, mais pour moi, cela dépendra beaucoup du prix", confie une passante. Ajoutons enfin qu’avec l'arrivée du métro à Oullins en 2013, un point relais pourrait voir le jour en station. Si l’expérimentation est positive, il va de soi qu’elle pourrait s’élargir dans d’autres communes du Grand-Lyon.

Prenez le Metro de l'actu sur Facebook et Twitter

Plus d'articles