Depuis 2010, ils paient pour des appartements inachevés

DirectLCI
A Capverne, dans les Hautes-Pyrénées, une trentaine de familles ont acheté des appartements dont les travaux de construction ont été stoppés en 2010, un mois avant la livraison, après un éboulement survenu à l’arrière de l’immeuble. En plus de prendre l’eau à la moindre précipitation, le bâtiment est exposé aux pillages de câbles électriques, de chauffe-eaux et même de fenêtres, avec des dégâts estimés à 600.000 euros. Une situation qui exaspère les 29 copropriétaires, déterminés à faire reprendre les travaux.

Sur le même sujet

Lire et commenter