Des discriminations mises à jour dans la vie nocturne lilloise

Des discriminations mises à jour dans la vie nocturne lilloise

DirectLCI
SOCIETE – Le collectif lillois Kif Kif a filmé récemment une opération testing dans onze bars de nuit ou discothèques du quartier festif Masséna-Solférino. Résultat, les binômes de type noir ou arabe n'ont quasiment jamais pu rentrer. Explications.

Combattre les discriminations dans la métropole lilloise. C'est l'objectif du collectif lillois Kif Kif, fondé début 2012 et composé d’une dizaine d’associations. Après une première action en juin 2013, une seconde opération de testing a été de nouveaux menée, dans la nuit du 7 février dernier, dans onze bars de nuit ou discothèques du quartier festif de Masséna-Solférino.

"Les binômes de type européen n'ont essuyé aucun refus, ceux de type noir africain ont été refoulés neuf fois sur onze et ceux de type maghrébin dix fois sur onze, nous indique Marie-Chantal Zingiro, membre du collectif. Pour le dernier binôme, il n'y a même pas eu de mots explicatifs, juste de simples gestes d'interdiction de rentrer."

Non alcoolisés et bien habillés

Pour bien faire les choses, une vingtaine de bénévoles se sont mobilisés ce soir-là. Certains se sont transformés en testeurs, d'autres en témoins. Les trois binômes "non alcoolisés et bien habillés" ont été filmés entre minuit et 2 h en caméra caché.

"Face à ces faits inadmissibles, nous allons interpeller, preuves à l'appui, le procureur et le préfet, prévient Marie-Chantal Zingiro. Ces établissements ont ratifié l'article 7 de la charte de la vie nocturne contre les discriminations, mais ils ne le respectent pas."

Afin de "permettre aux citoyens de se mélanger et donc de moins se méfier les uns envers les autres", le collectif Kif Kif a décidé de poursuivre son combat en préparant déjà une nouvelle opération testing sur les mêmes établissements. Celle-ci devrait avoir lieu "avant l'été".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter