Des gendarmes du GIGN s'en prennent à leur chef dans une lettre anonyme

DirectLCI
Des gendarmes d'élite du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) s'en prennent vivement à leur chef, le colonel Hubert Bonneau, dans une lettre anonyme, lui reprochant d'être "peu courageux" et de ne pas avoir engagé ses hommes au Bataclan lors des attentats du 13 novembre.

Plus d'articles

Lire et commenter