Des militants de Greenpeace investissent la centrale de Fessenheim

Des militants de Greenpeace investissent la centrale de Fessenheim

DirectLCI
NUCLEAIRE - Plusieurs dizaines de militants de l'ONG écologiste Greenpeace ont pénétré, mardi à l'aube, l'enceinte de la plus vieille centrale nucléaire française, à Fessenheim (Haut-Rhin). Une opération visant à alerter sur les risques du nucléaire en général et de ce site en particulier.

Nouvelle action coup de poing de Greenpeace . L'organisation écologiste a visé mardi matin le site de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), dans laquelle ont réussi à pénétrer une quarantaine de militants. Selon l'ONG, 56 personnes ont participé à cette opération surprise qui a démarré vers 5h30. En début de matinée, la plupart des membres de l'organisation avait été interpellée mais une petite vingtaine de militants est parvenus à rester plus longtemps sur le dôme de protection du réacteur, où ils ont déroulé une banderole "stop risking Europe".

Un coup de force alors même qu'un imposant dispositif de sécurité, comptant notamment un hélicoptère, avait été déployé sur le site. Peu après l'interpellation des militants, des membres de l'organisation écologiste ont nargué les forces de l'ordre sur un zodiac en brandissant une autre banderole flanquée du slogan : "Future is renewable, stop nuclear" (L'avenir est renouvelable, arrêtez le nucléaire")

EELV félicite Greenpeace

L'ONG appelle à mettre un coup d'arrêt à "la menace posée par les centrales nucléaires vieillissantes en Europe", selon un porte-parole. "Fessenheim est un symbole de ces centrales, elle a 37 ans. Nous voulons que l'exploitation des réacteurs n'aille pas au-delà de 40 ans et que cette limite soit inscrite en France dans la loi de transition énergétique et dans le droit européen", a, pour sa part, précisé un militant de Greenpeace.

De son côté, EDF a précisé que "ces événements n'(avaient) aucune conséquence sur la sûreté des installations qui fonctionnent normalement". "A aucun moment l'intégrité de la centrale n'a été menacée", a confirmé le ministère de l'Intérieur.

Dans un communiqué, Europe Ecologie-Les Verts (EELV), le parti des ministres du Logement, Cécile Duflot, et du Développement, Pascal Canfin, a félicité Greenpeace pour ce "coup d'éclat" qui "met en lumière la fragilité de nos installations nucléaires".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter