Des riverains de nouveau mobilisés contre un centre d’accueil pour SDF

Des riverains de nouveau mobilisés contre un centre d’accueil pour SDF

POLEMIQUE – Les riverains de la rue de Bruxelles, à Lille, dénoncent la création sans concertation d'un centre d'accueil pour personnes en difficulté. Ils craignent l'arrivée de nuisances supplémentaires. Des réunions sont prévues pour apaiser leurs craintes. En 2011, une montée de bouclier similaire avait déjà eu lieu dans le même secteur.

Un projet de centre d’accueil pour SDF soulève une montée de boucliers dans le quartier Saint-Michel de Lille. En 2011, les riverains du quartier étaient déjà montés au créneau contre une halte de nuit, rue de Fleurus, gérée par l'association d'aide aux sans-domiciles fixes, l'Abej. Cette fois, la grogne se dirige vers la réhabilitation d'un immeuble abandonné depuis dix ans, situé 2 rue de Bruxelles, à deux pas du musée d’Histoire naturelle. Il deviendra dans quelques années un centre d'hébergement pour familles en difficulté.

"On n'a pas encore de date de livraison, nous précise un porte-parole de l’association Fare, porteuse du projet. Le lieu comprendra 51 places sur 32 chambres. C'est une population très discrète. Il s'agit d'un simple déménagement de locaux de Lille-Moulins. Des rencontres avec les riverains sont prévus pour leur expliquer le projet".

Un quartier en pleine mutation

Car, une fois encore, la mobilisation grandit contre l'idée d'accueillir une nouvelle structure d'accueil aux personnes en difficulté dans le quartier. "On n'a rien contre le fait d'aider les gens, mais Saint-Michel accueille déjà six lieux d’accueil, grince une riveraine. Ce quartier est en pleine mutation avec l’arrivée prochaine de Sciences Po et la rénovation de la bibliothèque universitaire. On nous met devant le fait accompli. Ce genre de structures attirent une population parfois louche. Sans parler, du jardin qui sera transformé en un parking de béton".

Directeur du pôle accueil de l'Abej, Patrick Le Stunff n'est pas surpris de ce type de réactions. "Pour la rue de Fleurus, il y a eu le même genre de fantasmes, alors que, depuis juillet 2011, la halte de nuit s'est parfaitement intégrée dans le paysage. Au final, ceux qui font le plus de bruit, ce sont les étudiants éméchés qui se dirigent vers le quartier Masséna-Solférino". Le budget prévu pour ce projet, dont la mairie de Lille est le maître d'œuvre, est estimé à 3,2 millions d’euros d'investissement.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.