Des tags anti-IVG sur la façade de l'espace Simone de Beauvoir à Nantes

Des tags anti-IVG sur la façade de l'espace Simone de Beauvoir à Nantes

France
DirectLCI
FAIT-DIVERS – L’espace dédié aux droits de femmes, situé quai de Versailles à Nantes, a été maculé d’inscriptions anti-IVG, dans la nuit de vendredi à samedi.

Inscriptions "Non à l’avortement", poubelles renversées, panneaux cassés, croix symboliques de mouvements d'extrême droite... Dans la nuit de vendredi à samedi, l’ espace Simone de Beauvoir , dédié aux droits des femmes et situé quai de Versailles à Nantes, a été victime d’actes de vandalisme.

Le maire de Nantes, a fermement condamné ces "propos scandaleux". Pour lui, ces "amalgames honteux, véhiculés par des groupuscules extrémistes remettant en cause les droits fondamentaux des femmes, des homosexuels et de la famille, sont insupportables et inacceptables". Patrick Rimbert rappelle également que le lieu est un "symbole du combat mené pour l'égalité femme-homme. Plus que jamais nous soutenons toutes les associations qui militent pour faire progresser les droits des femmes."

2 000 personnes ont manifesté pour défendre le droit à l'IVG

La sénatrice de Loire-Atlantique Michelle Meunier, membre de la délégation aux Droits des Femmes, estime elle qu’à travers ce vandalisme, ce sont "l'ensemble des associations féministes et féminines nantaises" qui sont touchées. "Ces actes odieux sont, à n'en pas douter, l'œuvre d'ennemis de la République, de la démocratie et des libertés. Ces fanatiques extrémistes et religieux doivent, encore et toujours, être combattus dans la rue comme devant la justice", explique-t-elle.

La Ville a annoncé porter plainte contre les auteurs. Une enquête est en cours. Les inscriptions ont été recouvertes de peinture blanche samedi. L’espace Simone de Beauvoir était notamment parmi les initiateurs d’une manifestation pour défendre le droit à l’Interruption volontaire de grossesse, qui a eu lieu samedi après-midi dans les rues de Nantes. Soutenue par des partis politiques et des syndicats, le Planning familial ou encore la Ligue des droits de l’homme, elle a rassemblé environ 2 000 personnes place Royale.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter