Des Toulousains victimes de chantage par des "amis" sur Facebook

Des Toulousains victimes de chantage par des "amis" sur Facebook

TECHNOLOGIE – Deux Toulousains racontent leur mésaventure après avoir vu leur compte piratés par des "amis". Ces derniers ont publié à chaque fois de fausses vidéos pédophiles sur leur compte.

Attention aux inconnus qui vous demandent comme ami sur Facebook. Ils peuvent s'avérer particulièrement  mal intentionnés.  Triathlète de haut niveau licencié à Toulouse, Vincent Hurtelle, 32 ans, en a fait les frais il y a quelques jours. "Après mon passage dans une revue sportive, j'ai reçu dimanche des demandes d'ami notamment d'une femme s'appelant Dominique T. Son profil semblait "clean", ma page me sert de vitrine pour mes performances", explique ce sportif habitant Castres (Tarn).

Quelques jours plus tard, la nouvelle connaissance publiait sur le "mur Facebook de Vincent Hurtelle un lien vers une vidéo (hébergée sur un autre site, ndlr) l'accusant de pédophilie. "Et elle a exigé de moi que je lui verse 500 euros sous peine de partager le document auprès de mes proches, j'ai refusé et depuis elle a dupliqué le film sur des dizaines de sites de partage", se désole le sportif qui a porté plainte pour "tentative d'extorsion de fonds". Son dossier est sur le bureau du procureur de Castres.

"Dans mes contacts depuis quelques semaines"

"Les gens me connaissent et savent que ce n'est pas vrai, mais le seul fait d'exister, cette rumeur me cause du tort. Dans la rue j'ai déjà été menacé, et dans le milieu sportif on commence à me tourner le dos.

Certains m'ont dit qu'ils ne feraient plus appel à moi tant que cette affaire ne serait pas réglée". Fâcheux pour cet athlète, victime d'un accident de la route à 20 ans qui lui a laissé de graves séquelles aux jambes, et qui postule pour disputer les Jeux paralympiques à Rio en 2016. Le cas de Vincent Hurtelle n'est pas le seul.

Un autre cas

Thierry, salarié d'une grande entreprise toulousaine, a lui aussi été victime du même chantage de la part d'une certaine Loury Desayes . "Ce faux profil figurait dans mes contacts depuis plusieurs semaines mais était toujours inactif", raconte Thierry qui reconnait que son compte qu'il utilise dans un but professionnel "est assez ouvert. J'avoue ne pas trop trier".

"Mercredi entre 9 et 11 heures, elle a tenté de m'intimider et de m'extorquer 2000 euros pour ne pas diffuser une vidéo compromettante à mes proches. Comme j'ai refusé, j'ai été identifié dans une vidéo sordide", ajoute Thierry. Ce dernier a contacté les services de Facebook France afin de bloquer la diffusion de la fausse rumeur. "Pour l'instant je ne mesure pas les conséquences sur mon entourage, mais depuis hier je ne reçois que des messages sympas de soutien après avoir publié un démenti".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Le variant Omicron présente "un risque très élevé" au niveau mondial, selon l'OMS

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

Covid-19 : de l'école primaire au collège, les changements attendus à partir de ce lundi

VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.