Dessinateurs de Charlie assassinés : "Ils étaient d’une tolérance exceptionnelle"

Dessinateurs de Charlie assassinés : "Ils étaient d’une tolérance exceptionnelle"

France
DirectLCI
TÉMOIGNAGE – Hélène Constanty, journaliste indépendante installée à Nice depuis 2013, a collaboré pendant trois ans, de 2009 à 2011, à Charlie-Hebdo en tant que journaliste d’investigation. Interview.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?Je ne m’en remets pas, il y aura un avant et un après. Ce sont mes amis qui sont morts dans cette atrocité. Ils étaient d’une générosité et d’une tolérance exceptionnelles. Des idéalistes qui aimaient rire et qui en même temps étaient bien conscients de mener un combat pour la liberté d’expression. Ils l’ont payé de leur vie. J’aimerais aujourd’hui que tout le monde se mobilise, tout le monde doit être là pour dire qu’on n’a pas peur.


Comment vivaient-ils leur situation ?
Charlie-Hebdo était habitué à résister aux pressions et aux menaces de toutes sortes . Il y avait sans arrêt des menaces. Sans arrêt il fallait se lever pour dire “ On est libres”. C’était un acte de résistance et d’affirmation de nos valeurs.


Qu’auraient-ils aimé aujourd’hui ?Rigoler, prendre de la distance. Ils auraient voulu aussi de la chaleur, de l’amour, de la générosité et beaucoup de tolérance. Et ils auraient détesté aussi la récupération ! Ils auraient bien rigolé par exemple de voir écrit “ Je suis Charlie” sur le Nasdaq à New York. Ils auraient voulu que le message qui continue à passer soit celui de la tolérance. Les gens de Charlie-Hebdo défendaient avant tout ces valeurs de tolérance et de générosité. Ça paraît surprenant quand on voit certaines de leurs caricatures, je comprends que beaucoup pouvaient être choqués mais à Charlie-Hebdo , on a toujours tout caricaturé. On parle beaucoup des caricatures de la religion musulmane mais tout le monde y passait, les catholiques, les juifs, les chasseurs, les amateurs de corrida…


Que souhaitez-vous aujourd’hui ?
Une façon de manifester son attachement à la liberté d’expression, c’est de guetter le numéro de Charlie-Hebdo qui va sortir mercredi prochain. Ce sera celui des survivants.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter