Dieudonné de retour à Nantes samedi : des appels au boycott

FRANCE

SPECTACLE – Moins d’un an après l’interdiction de son show il y a un an au Zénith de Nantes, l’humoriste controversé revient avec son nouveau spectacle, samedi prochain. Il suscite déjà des réactions.

Un éternel recommencement ? Moins d’un an après l’ interdiction du spectacle de Dieudonné au Zénith, en janvier dernier, pour incitation à la haine raciale, l’humoriste controversé est de retour dans la cité des ducs samedi, avec son nouveau show "La bête immonde". Et déjà, à quelques jours de la représentation, les critiques se déchaînent. Ainsi, le groupement Ensemble 44, qui rassemble les partis EELV, PCF, UDB, gauche unitaire, Parti de Gauche ou NPA appellent la population à le "boycotter".

"Cet humoriste est depuis 1997 un homme politique qui s'est présenté à de nombreux scrutins", indiquent-ils dans un communiqué. "Il vient de créer un parti avec Soral, personnage politique d'extrême droite déjà condamné plusieurs fois pour provocation à la haine, la discrimination ou la violence." Pour Ensemble 44, Dieudonné "ne cesse de déverser sa haine sur les Juifs. Il voudrait faire croire que tout le mal vient des Juifs. C’est la méthode de tous les fascistes, qui tentent de faire des minorités, des immigrés les boucs émissaires des difficultés en période de crise économique."
Disant refuser "ce message de haine", les partis appellent "la population de Nantes et des environs à boycotter le prochain spectacle".

Les fans heureux

La nouvelle du retour de Dieudonné à Nantes est officielle depuis cet été. Comme pour tous les artistes, la demande a été faite par la production de l’artiste au Zénith. La structure, qui jouit d’une délégation de service public de Nantes métropole, a relayé la demande, comme la réglementation l’impose en cas de "manifestation culturelle, ou politique susceptible de troubler l’ordre public". En l’occurrence, Nantes métropole a donné son accord, comme elle l’avait fait l’an dernier : elle n’a en effet aucun pouvoir pour interdire un artiste, alors qu’elle le peut pour un spectacle, pour trouble à l'ordre public.

Sur Internet, les fans se réjouissent déjà de "cette occasion de rigoler qu’on nous a supprimé l’an dernier". D’après le synopsis, la Bête immonde ressemble en tout cas à une réponse, voire un pied de nez, à la polémique qui avait accompagné la sortie du Mur, l’an dernier. Dans cette nouvelle production , l’humoriste s’interroge sur la "surexploitation de l’expression Bête immonde dans la sphère politico-médiatique", est-il écrit. "Il décortique avec drôlerie, les mécanismes de construction de cette haine artificielle. Une haine de synthèse, irréelle, inventée par le maître pour faire taire l’esclave. Qui sont vraiment tous ces bien-pensants qui pointent du doigt la haine de l’autre… "

Lire et commenter