Disparus de Bolivie : le combat n'est pas fini pour les parents de Fannie et Jérémie

Disparus de Bolivie : le combat n'est pas fini pour les parents de Fannie et Jérémie

France
DirectLCI
JUSTICE – Vendredi, la justice bolivienne a condamné Jaime Martinez, accusé d’avoir tué Fannie Blancho et Jérémie Bellanger, à 30 ans de prison. Les trois autres accusés ont été relaxés. Les parents du jeune couple restent sur place et se préparent à faire appel.

Le verdict est tombé mais le combat n’est pas fini. Les parents de Fannie Blancho et Jérémie Bellanger, jeune couple disparu en Bolivie en 2010, ont annoncé qu’ils ne rentreraient pas en France tout de suite, malgré la fin du procès des présumés meurtriers. Vendredi, le principal accusé, Jaime Martinez a été condamné à 30 ans de prison, reconnu coupable d’assassinat . Trois autres prévenus, soupçonnés de complicité, ont en revanche été relaxés. La lecture complète du jugement a eu lieu dimanche. Patrick Bellanger, le père de Jérémie, raconte :

"Très peu de monde était présent : les quatre accusés, l’avocat défenseur commis d’office, un des procureurs de la commission, nous deux (parents de Jérémie) et ma sœur Dominique assistés d’une avocate remplaçante. Aucun observateur n’était présent.

Le tribunal considère donc Jaime Martinez comme l’auteur de l’assassinat de Fannie et Jérémie en se basant sur les témoignages (…) disant que les victimes étaient parties au petit matin avec Jaime Martinez et que celui-ci était particulièrement intéressé par Fannie.

Bénéfice du doute pour trois des accusés

Le tribunal considère que le mobile était sexuel, mais qu’en l’absence de preuves, l’accusation de viol ne peut être gardée. Par contre, si les corps n’ont pas été retrouvés, le tribunal reconnaît qu’il n’existait aucune raison pour que Fannie et Jérémie disparaissent de leur plein gré et qu’ils ont été assassinés. Jaime Martinez est donc condamné à 30 ans de prison incompressibles à purger à la prison de haute sécurité de Chonchocoro à La Paz.

Concernant les autres accusés : pour Azar Martinez [père de Jaime Martinez, ndlr], la seule preuve de son implication serait le témoignage du mécanicien Rolando Cuevo. Le bénéfice du doute est donc retenu concernant l'accusation pour participation à l’assassinat. L’accusation reposait pourtant sur complicité pour couverture et non pour participation !

"Il est plus que probable que la défense fera appel"

Pour Roberto Forero, le seul élément pouvant être considéré selon le tribunal est sa présence avec Jaime Martinez au bar Le Jazmin. Il est donc acquitté au bénéfice du doute car non mentionné sur les lieux du crime dans la déclaration anticipée du témoin Edwin Melgar.

Rosmery Roca [amie de Jaime Martinez, ndlr] est également acquittée au bénéfice du doute car dans la même déclaration anticipée, il est fait mention de la présence de Rosmery Roca dans la première ferme mais pas sur les lieux du crime mais aussi car sa mère lui fournit un alibi dans sa déclaration.

Nous attendons donc maintenant le document écrit confirmant l'appel de la défense pour pouvoir le préparer avec nos avocates. Notre retour en France n'est par conséquent pas encore d'actualité."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter