Dix-huit ans de prison pour un "petit meurtre entre amis"

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE - Christophe Hubon a été lourdement condamné par la cour d'assises de Loire-Atlantique pour "homicide volontaire" sur son voisin et ami, en janvier 2012, au Clos-Toreau

Son avocat s’est rendu ce vendredi à la maison d’arrêt pour discuter avec lui d’un possible appel. Christophe Hubon a été condamné jeudi soir par la cour d’assises de Loire-Atlantique à dix-huit ans de réclusion criminelle pour le meurtre de Franck Bourdel, en janvier 2012, dans son appartement du Clos-Toreau . Fait assez rare, la peine est bien plus lourde que celle requise par l’avocat général, qui avait demandé dix ans de prison pour ces faits. Sa compagne Béatrice Pellerin est elle aussi derrière les barreaux : elle a écopé de quatre ans de prison, dont deux avec sursis, pour "non-assistance à personne en péril".

Une soirée très arrosée

Les faits s’étaient produits dans leur appartement, rue Saint-Jean-de-Luz , après une soirée arrosée passée entre les deux couples, à la fois voisins et amis. Peu avant, une altercation avait éclaté entre l'accusé et la victime, au sujet d'une "relation sentimentale antérieure" que le premier aurait eu par le passé avec la compagne du second. Franck Bourdel avait alors été frappé au cou à l'aide d'un couteau, par-derrière, alors qu'il s'apprêtait à partir de l'appartement. Sous la "panique", la compagne de Christophe Hubon n’avait pas alerté tout de suite les pompiers. "Une intervention rapide des secours aurait permis de le sauver", avait jugé le médecin légiste qui l’a examiné.

Lors de l’instruction, le psychiatre qui avait examiné Christophe Hubon avait relevé sa "tendance à l'impulsivité", sa "faiblesse du sens moral" et sa "tendance à s'inscrire dans des conduites d'alcoolisation pour lutter contre les sentiments dysphoriques de vide et d'ennui". Déjà condamné à quinze reprises entre 1987 et 2008, il avait dit, lors de l'enquête, que sa victime l'avait menacé d'une bouteille. Mais aucun élément n'était venu confirmer cette thèse.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter