Douai : le curé accusé de pédophilie craque à l'audience

FRANCE
DirectLCI
JUSTICE - Cet ancien curé de 70 ans a sévi pendant trente ans, dans neuf paroisses du Nord Pas-de-Calais. Une vingtaine de victimes se sont manifestées. Il avoué les faits lors du procès qui doit se dérouler, jusqu'à vendredi, aux assises de Douai.

Après avoir longtemps nié la contrainte, un prêtre du Nord jugé pour des viols et agressions sexuelles sur au moins 15 mineurs, a craqué lundi et reconnu les faits, au premier jour de son procès devant la cour d'assises du Nord.

Cet homme de 70 ans est jugé jusqu'à vendredi devant la cour d’assises de Douai pour une série de viols. Alors qu'il servait dans neuf paroisses nordistes, il est accusé de plusieurs dizaines d'agressions sur des jeunes garçons, de 1976 à 2011.

Il avoue ses crimes

Repentant, il a avoué ses crimes (absence de consentement mutuel, sodomies forcées...) et a demandé pardon à ses victimes. Les témoignages ont évoqué une série de facteurs : solitude extrême après avoir vécu au sein d'une famille nombreuse, humiliations par ses frères devant sa mère autoritaire, complexe d'infériorité de ne détenir qu'un CAP boucherie avant d'être ordonné prêtre, problèmes de sexualité nés dans l'enfance et l'adolescence.

Les relations sexuelles avec les enfants seraient pour lui, "un moyen d'aider", une marque d'amour qui aurait "dérapé". Selon Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Lille, les échos des paroissiens et des pairs de Phillippe Detré "étaient bons" : "J'avais le sentiment qu'il était à sa place", assure-t-il. Pourquoi aucun ecclésiastique n'a-t-il alerté du fait que M. Detré accueillait souvent des mineurs à son presbytère? "Je sens que chacun est prudent et ne cherche pas à faire immédiatement référence à l'évêque", répond-il encore. Lorsque Phillippe Detré a été mis en garde à vue, "on est tous tombés du grenier à la cave", conclut Mgr Ulrich.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter