Drame à Charlie Hebdo : les réactions en Loire-Atlantique

Drame à Charlie Hebdo : les réactions en Loire-Atlantique

FAIT DIVERS – Alors qu’un appel au rassemblement est prévu ce mercredi soir à 18 h place Royale à Nantes, les témoignages de soutien se multiplient.

Les réactions se multiplient après l’attaque survenue mercredi matin au siège de Charlie Hebdo à Paris, et qui a fait au moins 12 morts. Tour d’horizon, avant le rassemblement de soutien prévu ce mercredi à 18 heures place Royale à Nantes . Tous appellent à y participer.

"Choc profond, horreur absolue et solidarité totale", pour Johanna Rolland, maire de Nantes.
"La fusillade qui s’est déroulée ce matin dans les locaux de l’hebdomadaire Charlie Hebdo est à la fois un choc profond et une horreur absolue. Je tiens à exprimer ma solidarité totale. La liberté de la presse et la liberté d’expression sont des libertés fondamentales. Quand elles sont attaquées, comme cela a été le cas ce matin, ce sont notre démocratie et notre société qui sont attaquées et mises en danger. Face à la barbarie, nous devons nous rassembler, faire front et défendre les valeurs de
la République."

"L’attentat le plus meurtrier depuis 40 ans", pour Jacques Auxiette, président des Pays de la Loire.
"Comme nombre de mes concitoyens, je suis bouleversé, sidéré, et indigné par l'attentat terroriste perpétré en fin de matinée dans les locaux du journal Charlie Hebdo, au moment où se déroulait la conférence de rédaction. Mes premières pensées vont évidemment aux victimes, à leurs familles et à leurs proches. J’apporte mon soutien à l’ensemble de la presse française, pilier et garante de la démocratie et de la liberté d’expression, qui viennent d’être frappées en plein cœur par cet acte barbare. Je pense également aux forces de l’ordre touchées elles aussi dans l’exercice de leur mission. Face à cette violence sans nom, à cet attentat le plus meurtrier depuis au moins 40 ans, j'en appelle, comme l’ensemble de la communauté nationale, à nous mobiliser toutes et tous pour faire front et défendre sans relâche les valeurs et les principes qui font la force de notre République.
Les drapeaux du Conseil régional des Pays de la Loire sont en berne, et j’invite les élus régionaux à s'associer au rassemblement organisé à 18 h à Nantes. D’autres rassemblements sont également prévus dans d’autres villes de la région."

"Horreur et stupeur", pour Philippe Grosvalet, président du Département de Loire-Atlantique.
"Cette attaque meurtrière nous conduit au bout de l’horreur. Horreur et stupeur tant cet attentat semble incroyable, dans le sens où l’on ne peut, et ne veut, pas y croire. Mes premières pensées vont aux victimes de cette tuerie abominable. Je veux ainsi témoigner toute ma compassion à leurs familles et à leurs proches. Voir tant de vies humaines sacrifiées aussi lâchement me glace le sang. Bien sûr, les auteurs de cette barbarie n’ont pas choisi leur cible au hasard. En massacrant des journalistes, c’est notre République qu’ils attaquent. Plus que jamais, nous devons donc nous montrer solidaires. Nous avons besoin d’unité et de cohésion pour affronter, ensemble, cette sauvage agression. Ne laissons pas les terroristes s’imaginer qu’ils sont plus forts que la démocratie : aujourd’hui, nous sommes tous Charlie !"

"Dignité contre l'obscurantisme", pour EELV Pays de la Loire.
"Cet acte de guerre porte atteinte aux valeurs fondamentales de la démocratie et aux principes de la République, et notamment à la liberté d’expression et à la liberté de la presse incarnées ici par Charlie Hebdo. Le premier temps de recueillement doit se faire dans l’unité, la dignité et la réaffirmation des valeurs de solidarité et de tolérance, qui sont les meilleures réponses à apporter à l’obscurantisme et à la barbarie. Les écologistes des Pays de la Loire forment le vœu qu’aucun amalgame ne soit fait avec quelque communauté que ce soit."

"Face à l’horreur, se rassembler", pour Michelle Meunier, sénatrice de la Loire-Atlantique.
"Difficile de trouver les mots pour décrire ce que l'on ressent après un tel drame. Difficile de ne pas rester pétrifiée devant l'horreur...C'est effroyable ! Mais impossible de ne pas réagir quand on s’attaque aux piliers de la République : la liberté et la démocratie. S’attaquer à Charlie Hebdo, c’est s’attaquer à la France tout entière ! Rien ne saurait justifier la barbarie, le terrorisme. Rien ne peut expliquer ce qui vient de se passer. J’ai, à ce moment, une pensée émue pour les victimes et je souhaite témoigner mon soutien à leurs proches, à leurs collègues, à leurs familles."

"Une attaque d’une lâcheté et d’une gravité extrême", pour Fabrice Roussel, secrétaire du PS de Loire-Atlantique.
"La France a été l’objet d’un attentat terroriste. La République a été l’objet d’une attaque d’une lâcheté et d’une gravité extrêmes. Il s’agit d’un carnage abominable et révoltant qui a vu un organe de presse être attaqué aux armes de guerre. C’est la liberté qui a été visée dont Charlie Hebdo est un acteur et un ambassadeur essentiel. Dans ce grand moment d’émotion, les pensées du Parti socialiste vont aux victimes et à leurs proches. Le Parti socialiste appelle les concitoyens à faire bloc autour des valeurs de la République, et à participer au rassemblement initié par le club de la presse Nantes Atlantique."

"Nous sommes immensément choqués", pour Christophe Clergeau, vice-président des Pays de la Loire.
"En ce jour funeste, nous sommes tous immensément choqués par la barbarie qui frappe Charlie Hebdo. C’est la France entière qui est touchée. Mes premières pensées vont vers les proches des journalistes et des policiers tués dans la fusillade. A nous, élus et citoyens, de montrer que notre pays est plus fort que la peur. Unissons-nous face à la barbarie sans rien concéder aux terroristes, ne répondons pas à la haine par la haine."
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

EN DIRECT - Covid-19 : l'Ordre des médecins pour un "accompagnement" plutôt qu'un isolement des malades

Le journaliste Rémy Buisine a-t-il vraiment refusé de répondre à l'IGPN?

Qui est Michel Zecler, le producteur tabassé par des policiers ?

Lire et commenter