Drame de Nantes : pour sa sœur, le conducteur doit se faire soigner

Drame de Nantes : pour sa sœur, le conducteur doit se faire soigner
FRANCE

FAIT DIVERS – "Il devra s’expliquer. Mais il doit d’abord se faire soigner." C’est ce qu’indique Laetitia, la sœur du conducteur accusé d’avoir jeté sa camionnette sur la foule du marché de Noël.

La place de Sébastien Sarron, accusé d’avoir foncé sur la foule du marché de Noël en camionnette à Nantes est-elle en hôpital psychiatrique ou en prison ? Peut-il être considéré comme irresponsable pénalement ?

La question a été soulevée mardi, après que la préfecture de Loire-Atlantique a confirmé que le conducteur de 37 ans avait été interné d’office dans un service psychiatrique . Il avait d’abord été hospitalisé à l’Hôtel-Dieu, juste après qu’il a jeté sa camionnette sur les passants, avant de se larder le thorax de coups de couteau, le 22 décembre dernier.

Inquiétude des victimes

Quinze jours après, la procureur de la République Brigitte Lamy indique encore que son état physique, mais aussi mental, ne permet pas une audition par les enquêteurs. Surtout, l'internement de l'homme originaire de Charente-Maritime a déclenché des inquiétudes chez les victimes, qui craignent qu’il soit déclaré pénalement irresponsable, et échapper ainsi à toute justice.

L’expert-psychiatre Roland Coutanceau, interrogé par Presse-Océan , ce mercredi, estime, lui qu’il est encore trop tôt pour se prononcer. D’après les premières indications, le suspect "traverse un épisode psychiatrique aigu. Mais cela ne préjuge pas d’une future irresponsabilité pénale." Il indique que "cette question sera tranchée pendant l’instruction : le magistrat demandera à un expert psychiatre d’intervenir dans les semaines qui viennent pour se prononcer."

"Il doit d'abord se faire soigner"

Pour Laetitia, la sœur du conducteur, il est clair que la place de Sébastien Sarron est, à l’heure actuelle, en hôpital psychiatrique : "Il doit d’abord qu’il se fasse soigner", explique-t-elle sur RTL . "Je ne suis pas qualifiée pour me prononcer sur la tenue d’un procès, mais s’il passe devant la justice dans l’état où il est, ça ne servira à rien. Les familles n’auront pas de réponses concrètes. Il faut qu’il fasse d’abord un travail dans sa tête." N’ayant pas vu son frère depuis 6 ans, elle dit comprendre la douleur et les questionnements des victimes sur "ce drame irréversible, inexcusable" : "Je pars du principe qu’il faut assumer ses actes dans la vie, et que Sébastien devra être puni pour pouvoir ensuite reconstruire sa vie. Il faut qu’il s’explique, c’est clair. Mais aujourd’hui, il faut qu’il se fasse soigner."

Elle reste persuadée que le geste fou n’était "pas prémédité", mais confesse ne pas en savoir plus. "Celui que j’ai connu il y a 6 ans n’aurait jamais fait cela", raconte-t-elle. Mais la rupture des liens familiaux les a éloignés : "Dans la famille, j’ai été la première à m’apercevoir qu’il déraillait, qu’il tenait des propos incohérents, qu’il tombait dans la paranoïa. Il a refusé de le voir que je lui ai dit qu’il avait un problème." Le drame du marché de Nantes, deux jours avant Noël, avait fait 10 blessés, et causé la mort d’un jeune homme, Virgile Porcher.
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter