Drame : les produits dérivés de Plus Belle la Vie quittent le Panier

Drame : les produits dérivés de Plus Belle la Vie quittent le Panier

DirectLCI
CONSOMMATION – La société productrice de la série télé à succès de France 3 Plus Belle La Vie a décidé de stopper la vente de ses produits dérivés. Un coup dur pour la boutique officielle et les habitants du quartier du Panier.

Plus morose la vie. Le jeu de mots est facile mais il résume l’état d’esprit de Philippe Bonifay, responsable de la boutique de produits dérivés de la série à succès de France 3 Plus Belle La Vie (PBLV) dans le quartier du Panier. Acteur malgré lui d’un mauvais scénario dans lequel la société Tel France, productrice du soap, a décidé d’interrompre la commercialisation de tee-shirts ou autres posters sur Internet et dans l’unique boutique officielle de France. "Pas assez rentable m’a-t-on indiqué", explique Philippe. Contactée, la société Tel France ne souhaite pas faire de commentaires.

Reste des interrogations pour le gérant. "On reçoit plus de 1000 clients par jour parfois en été", révèle le propriétaire des lieux depuis 2006. Un afflux de touristes venus découvrir ce quartier de Marseille dont s’inspire la série pour la création de décor. "Faute de pouvoir visiter les studios, ils viennent ici", indique Philippe. Un petit cinéma sur les coulisses de Plus Belle La Vie a même été créé à côté de sa boutique. "Ils retrouvent l’ambiance de la série."

Mobilisation des fans

A l’intérieur du bar des 13 coins, copie conforme de celui de la série, c’est Patrick le gérant. Encore sous le choc de l’annonce, il craint des lendemains qui déchantent. "C’est incompréhensible de vouloir arrêter la vente des produits. Ça fait venir les touristes et ça fait vivre tous les commerçants du quartier. Si ça s’arrête, je ne sais pas ce qu’il va se passer", redoute-t-il.

Une émotion partagée par les fans nombreux à pousser les portes mercredi matin de la boutique officielle. "C’est vraiment triste", témoigne Vanessa venue spécialement de Belgique pour découvrir les coulisses et acheter des produits dérivés. "J’en achète quelques-uns pour ma famille avant qu’il ne soit trop tard", explique de son côté Thierry. "A ce rythme-là, je n’aurai plus rien dans la boutique d’ici à deux semaines", assure Philippe. Selon le gérant, la fermeture est prévue pour juin prochain. Lucide sur le peu de chances qu'il a de maintenir son activité, il a tout de même lancé une page de soutien sur Facebook.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter