Eclairage public : Nantes fait la chasse aux Watts

 Eclairage public : Nantes fait la chasse aux Watts

URBANISME - Nantes métropole a mis en place un plan d’action pour réduire la consommation énergétique de l’éclairage public. Metronews a fait pour vous le tour du sujet

Lampadaires, illumination des bâtiments… Les citoyens n’y font plus attention. Pourtant l’éclairage public représente un enjeu majeur dans la cité des ducs. Dany Joly, directeur du service éclairage public fait le point sur ce secteur, alors que Nantes a accueilli pendant deux jours les Journées nationales de la lumière, rendez-vous des collectivités et professionnels sur le sujet.

Quel est le budget de l'éclairage public à Nantes ?
"La métropole nantaise compte 94 000 points lumineux sur les 24 communes de l’agglomération, contre 90 000 en 2011. C’est un patrimoine qui ne cesse d’augmenter, à cause de l’extension urbaine. Parallèlement la facture grimpe constamment. Elle a atteint 5, 5 millions d’euros en 2013. Cela est dû en partie à l’évolution du tarif de l’électricité et des taxes."

Quels  enjeux ?
"L’éclairage mêle diverses problématiques : sécurité, mise en valeur du patrimoine, mais aussi économie d’énergie, baisse de la pollution lumineuse, engagements politiques à respecter. A Nantes, un Plan lumière a été mis en place il y a une dizaine d’années, en mettant quatre axes en valeur pour créer de véritables parcours urbains, du Château à l’Erdre, jusqu’à la place Graslin. Aujourd’hui, on gère ce patrimoine, et la priorité est de maîtriser la consommation d’énergie."

Comment lutter contre le gaspillage ?
"Nous avons plusieurs leviers d’actions. Nous remplaçons ainsi les lampes à vapeur de mercure par des Leds, moins voraces en énergie. Nous analysons également dans l’exploitation du réseau comment éclairer juste et mieux. Une dizaine de communes de Nantes métropole, comme La Montagne ou Saint-Jean-De-Boisseau ont choisi de tout éteindre entre 1 heure et 5 heures du matin. Nous appliquons aussi des règlementations : comme l’obligation d’éteindre les éclairages décoratifs des bâtiments à 1 heure."

Quels sont les autres moyens d'action ?
"Nous réfléchissons aussi lors de la conception, à cerner au mieux les utilisations de l’espace public. Ainsi, lors de la rénovation de la place Graslin, l’architecte voulait installer des luminaires boules, qui diffusent peu de lumière. On a travaillé ensemble sur un éclairage tourné uniquement vers le sol. Ou encore sur l’île de Nantes, quai Dumont d’Urville et rue du Pré-Nizan, nous avons mis en place un éclairage de cheminement-piéton avec détection de présence : les lumières passent de 20 à 100 % de puissance lors d’un passage. Ces diverses initiatives font réaliser des économies d’énergie de 30 à 70%."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Régionales : Marine Le Pen dénonce un "désastre civique" et appelle ses électeurs à "déconfiner leurs idées"

Région par région, la carte de France du 1er tour

Alerte aux orages : 9 départements maintenus en vigilance orange

EN DIRECT - Régionales en Paca : EELV lâche Felizia et appelle à faire barrage à l'extrême droite

VIDÉO - Pluies "tropicales", grêlons, tornades : les images de la France frappée par les orages

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.