École : les Français veulent le retour de la blouse et la promotion du latin et du grec

France
DirectLCI
LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT – Qui a dit que les Français n’étaient pas prêts pour les réformes ? Ceux qui ont été interrogés par l'Ifop pour le JDD ont en tout cas dit tout le bien qu'ils pensaient de changements au sein de l'institution.

 Elle doit être le lieu de "transmission des connaissances et des savoirs". C’est en tout cas ce que pensent 52% des personnes interrogées par l’Ifop au sujet de l’école. Publiés le 23 juillet dans le JDD, les résultats de cette enquête réalisée auprès de 960 personnes selon la méthode des quotas tendent à prouver le contraire de ce qui se répète depuis bien longtemps. Non, les Français ne sont pas allergiques aux réformes quand il s’agit de l’Education nationale. Pour preuve : la quasi intégralité des mesures proposées (13 sur 14) - dont certaines sont déjà en place - sont adoubées par les sondés.

C’est un sujet plus important que celui du rythme hebdomadaireLe ministre Jean-Michel Blanquer à propos des vacances

Les Français interrogés souhaiteraient également que le latin et le grec soient davantage promus (63%) et que l’enseignement de l’histoire et de la philosophie des religions intervienne dès le collège (62%). Autre retour en arrière ? La tenue vestimentaire. Le retour de l'uniforme obligatoire en primaire et au collège est plébsicité par 56% des sondés. Les changements souhaités passent également par le baccalauréat, que les sondés voudraient voir profondément modifié "avec davantage de contrôle continu" (80%). Pas un mot en revanche sur l’orientation post-bac, alors que quelque 65.000 bacheliers se retrouvent toujours sans affectation pour la rentrée.

La question des rythmes scolaires vient cristalliser les désaccords entre les personnes interrogées. Si 71% sont favorables au retour de la semaine de quatre jours en primaire - certaines communes vont sauter le pas dès la rentrée -, ils ne sont que 51% à accepter une réduction du nombre de jours de vacances scolaires. "Il n’y a pas d’engagement présidentiel en la matière. Mais à chaque fois qu’on parle du rythme de l’enfant au XXIe siècle, on doit se poser la question des vacances, qu’il s’agisse de l’été ou des vacances intermédiaires. C’est un sujet plus important que celui du rythme hebdomadaire", indique le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, au JDD. Une réforme qui, là, devrait faire tiquer les parents et le corps enseignant.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter