Ecologique, le ferry du futur va naître à Saint-Nazaire

Ecologique, le ferry du futur va naître à Saint-Nazaire

DirectLCI
ECONOMIE – Britanny Ferries vient de commander au chantier STX basé à Saint-Nazaire un paquebot, présenté comme "une innovation technologique de premier plan", pour un montant de 270 millions d’euros.

Pegasis. C’est le nom du projet que va conduire STX, à Saint-Nazaire. Le chantier naval a en effet reçu ce mardi une commande de Brittany Ferries pour construire "le ferry du futur".

Livrable fin 2016, ce navire est présenté comme "offrant une innovation technologique de premier plan dans le domaine de la motorisation et du stockage de l’énergie", par les ministres Arnaud Montebourg et Frédéric Cuvillier, qui ont salué la nouvelle dans un communiqué. Le paquebot utilisera en effet un combustible, le gaz naturel liquéfié (GNL), qui lui permettra de répondre aux nouvelles exigences de réduction des émissions de soufre fixées par la Commission européenne, applicables en 2015.

L'un des plus gros ferry écologique au monde

Long de 210 mètres, équipé de 12 ponts, d’un tirant d’eau de 7 mètres, Pegasis sera ainsi l'un des trois plus grands navires à GNL au monde, et le premier à naviguer sur l’Arc Atlantique. Il pourra transporter 2 600 personnes, 650 voitures et 40 camions. "Pegasis cruise ferry, alliant luxe, confort et propulsion écologique, sera exploité sur nos lignes longues à partir de fin 2016", détaille Brittany ferries dans un communiqué .

Comparé à un ferry classique, les émissions de ce navire seront inférieures de 99% pour le soufre, 99% pour les particules fines, 80% pour le dioxyde d’azote, 20% pour le CO2. Le ferry possédera notamment un nouveau système d’approvisionnement et de stockage du GNL à bord, qui permettra d’embarquer une importante quantité de ce gaz sans perdre d’espace au niveau des zones commerciales.

Avec ce premier bateau, Brittany Ferries, première compagnie employeur de marins français basée à Roscoff, entend mettre en œuvre "une politique volontariste de transition écologique compétitive" : "Cette construction et la migration d’une partie de la flotte actuelle de Brittany Ferries vers la propulsion au GNL pose le choix ambitieux de réduire les émissions d’oxyde de soufre, d’oxyde d’azote, de CO2 et de particules fines, de 20 à 95% en deçà des niveaux règlementaires", explique la compagnie. Au-delà de ces avancées technologiques, à Saint-Nazaire, la commande représente 2,6 millions d’heures de travail, soit 500 emplois pendant 3 ans pour STX et ses partenaires.
 

Plus d'articles

Lire et commenter