Une croissance décevante en 2016 mais une fin d’année prometteuse

Une croissance décevante en 2016 mais une fin d’année prometteuse

BILAN - En 2016, la croissance n'a été que de 1,1 %, selon les chiffres de l’Insee. Un résultat décevant pour le gouvernement qui prévoyait 1,4 %. Néanmoins, plusieurs indices marquent une réelle reprise de l’économie.

"Le signe d'une reprise qui s'installe durablement". En commentant ce mardi les chiffres de l’Insee sur l’économie de 2016, Michel Sapin a tenu à souligner les signes d’une activité "dynamique" qui "aura permis de faire reculer le chômage".

Reste que les chiffres de la croissance publiés  par l’Insee pour l’année qui vient de s’écouler, soit 1,1 %, sont nettement en deçà des prévisions du gouvernement. Fin novembre, Bercy avait en effet révisé sa conjecture pour 2016 de 1,5 % à 1,4 %. Un ajustement particulièrement optimiste au vu du trou d’air du 3e trimestre, qui a enregistré un très faible 0,2 % après le -0,1 du 2e trimestre. Dès lors, le 0,4 % du 4e trimestre 2016 n’aura pas permis d’atteindre l’objectif fixé par le gouvernement.  Pis, le PIB a moins progressé en 2016 qu’en 2015 (1,1 % contre 1,2 % l'année précédente). 

Des indicateurs "résolument positifs"

Tout n’est pas noir néanmoins dans le tableau de l’économie française. A commencer par la consommation des ménages qui a accéléré en fin d’année dernière (0,6 % au 4e trimestre après 0,2 % au 3e trimestre). Et, ce, malgré un net repli en décembre de -0,8 %. Même constat positif du côté de l’investissement des agents économiques, la formation brute de capitale fixe (FBCF) a progressé de 0,8 % au cours des trois derniers mois de 2016, contre 0,3 % entre juillet et septembre. "Au total, la demande intérieure finale hors stocks est plus dynamique, contribuant davantage à la croissance", souligne l’Insee

En vidéo

Baisse du chômage : "La première cause de cette baisse, c'est la croissance" assure Hollande

Plus vigoureuse également, les exportations qui enregistrent un honnête 1,1 % (après 0,5 %), face à des importations qui ralentissent (0,8 %, après 2,5 %) au 4e trimestre.  Résultat, bien que légèrement, le solde extérieur contribue à hauteur de 0,1 % à la croissance de la fin de l’année 2016. 

"L’ensemble des indicateurs sont à nouveau résolument positifs, tant du côté de la consommation des ménages que de l’investissement des entreprises et du marché immobilier", estime ainsi le ministre de l’Economie et des finances. 

A noter, également, que les défaillances d’entreprises enregistre une  baisse particulièrement prononcée en 2016 ( -8,3 %), grâce notamment à l’amélioration de la situation dans le secteur du bâtiment et du commerce, selon l’étude du cabinet Altares publiée également mardi. "Depuis 2009, l'espoir de revenir sous le seuil des 15.000 défaillances d'entreprises sur le dernier trimestre et 60.000 sur l'année semblait inaccessible. 2016 l'a pourtant fait !", souligne Thierry Millon, directeur des études chez Altares, cité dans un communiqué.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la vaccination des enfants au menu du Conseil de défense lundi

Télétravail, vaccination des enfants... Ce qui pourrait être annoncé à l'issue du Conseil de défense lundi

VIDÉO - Indonésie : l'éruption du volcan Semeru fait au moins 13 morts, des milliers d'habitants ont fui Java

Covid-19 : les Français réticents à utiliser le vaccin Moderna, dont on aura pourtant besoin pour la 3e dose

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.