EDF : entre 20 et 40 euros de plus pour 28 millions de foyers

EDF : entre 20 et 40 euros de plus pour 28 millions de foyers

France
DirectLCI
ÉLECTRICITÉ - Le Conseil d'Etat a estimé que le prix de l'électricité distribué par EDF entre juillet 2012 et juillet 2013 n'était pas assez élevé. Plus de 90 % des foyers français vont devoir s'acquitter d'une facture pour payer la différence.

A son arrivée au pouvoir en 2012, le gouvernement Ayrault avait voulu préserver le pouvoir d'achat des Français en faisant baisser certaines factures. Le retour de bâton ne va pas tarder à se faire sentir, en tout cas en qui concerne l'électricité. Le Conseil d'Etat a en effet estimé vendredi que les 2 % de hausse des tarifs "Bleu" d'EDF pour les particuliers entre juillet 2012 et juillet 2013 n'étaient pas suffisants. A l'époque, la commission de régulation de l'énergie avait d'ailleurs calculé qu'une hausse de 5,7 % était nécessaire.

Le Conseil d'Etat avait été saisi par l'Anode , un regroupement de petits concurrents (Direct Energie, Eni, Lampiris, etc.), des opérateurs historiques EDF (pour l'électricité) et GDF Suez (pour le gaz), qui s'estimaient lésés par le fait que les prix de leurs grands concurrents n'augmentent pas autant que prévu.  

Entre 20 et 40 euros de surplus

De fait, les tarifs étaient "manifestement inférieurs au niveau auquel ils auraient dû être fixés" et "ne permettaient pas de répercuter les hausses prévisionnelles des coûts de production de l'année 2012", a expliqué le Conseil d'Etat. Ce dernier a donné deux mois au nouveau gouvernement de Manuel Valls pour rectifier la situation.

Résultat, les 92% de foyers français restés fidèles à ces tarifs réglementés de l'électricité vont devoir payer la différence. Le surplus est compris dans une fourchette allant de 20 à 40 euros, selon la hausse finale qui sera jugée nécessaire par la commission de régulation. Le montant devrait être lissé sur les prochaines factures. "C'est une décision très regrettable pour les consommateurs qui ne correspond pas à la volonté du gouvernement qui avait voulu limiter à 2% la hausse des tarifs", a commenté la ministre de l’Écologie et de l’Énergie, Ségolène Royal. Cette hausse s'ajoutera aux 5 % déjà prévus en août prochain.

Sur le même sujet

Lire et commenter