Embouteillages à Nantes : ça continue de s’améliorer… (et oui !)

Embouteillages à Nantes : ça continue de s’améliorer… (et oui !)

TRANSPORT – Selon le dernier classement TomTom, Nantes est la 9e ville française la plus embouteillée de France. En 2010, elle occupait la première place.

Automobiliste nantais, vous avez l’impression que la circulation à Nantes est de plus en plus compliquée ? Détrompez-vous... D’après le dernier classement du GPS TomTom , la cité des ducs se classe 9e ville française la plus embouteillée de France en 2013. Marseille, Paris et Lyon constituent cette année le trio de tête.

Le niveau est quasiment stable pour la cité des ducs, puisqu’elle occupait en 2012 la 10e place. Elle remonte légèrement, mais la situation s’est nettement améliorée depuis quelques années : en 2010, Nantes avait été classée en tête du classement. 42% de son réseau routier était considéré comme embouteillé, contre 31% à Paris, qui arrivait alors en 13e position.

Le mardi matin et le vendredi soir le plus congestionné

En 2013, selon TomTom, Nantes possède un indice de congestion moyen de 20% : un automobiliste de la région dont le temps de trajet domicile/bureau serait de 30 minutes en conditions de circulation fluide, perd en moyenne 27 minutes par jour s’il effectue ce même trajet aller et retour aux heures de pointe. Soit, sur une année, 71 heures de temps perdu dans les embouteillages.

En revanche, certains problèmes restent les mêmes d'une année sur l'autre : les jours les plus embouteillés restent le mardi matin et le vendredi soir. Mais la circulation est la plus fluide les vendredis matins et mercredis soir. Le jour le plus chargé l’an dernier a été le vendredi 18 janvier.

Baisse de l'utilisation de l'automobile

Ce bon résultat est en fait à mettre au crédit du Plan de déplacement urbain 2010-2015 de Nantes métropole, qui a pour ambition de faire baisser la part de la voiture à 40%, en développant et incitant à l’utilisation des transports collectifs. Et c’est en bonne voie : d’après les derniers chiffres de la communauté de communes, la part de l’automobile à Nantes était passée de de 57 % en 2008 à 50, 9% en 2012, au profit de la marche à pied, du vélo, et des transports publics. Reste que le trafic automobile nantais connaît régulièrement des points noirs, les traversées de la Loire comme le pont de Bretagne, Eric Tabarly, ou encore les routes de Rennes ou de Paris, totalement saturés aux heures de pointe.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "Hautement transmissible", le variant Omicron exige une "action urgente", selon le G7

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.