Enfant mort au CHU de Toulouse: "on veut savoir pourquoi et quand notre fils est décédé"

Enfant mort au CHU de Toulouse: "on veut savoir pourquoi et quand notre fils est décédé"

DirectLCI
FAIT DIVERS – Après le décès de leur enfant le 7 février après une triple opération (amygdales, végétations et pose de diabolos), les parents d'Aymen, 21 mois, ont décidé de poursuivre devant la justice le CHU de Toulouse. La maman, Fatima Amar, s'explique.

Que reprochez-vous au CHU de Toulouse ?
De ne pas nous avoir dit toute la vérité. Mardi 3 février au soir, après que notre fils a été réopéré , ils auraient dû nous expliquer qu'il était en état de mort cérébrale. Au lieu de cela il a fallu attendre quatre jours pour que son décès soit prononcé. Et aujourd'hui, on est réduit à se battre contre un hôpital et des médecins qui sauvent des vies tous les jours. C'est très dur pour nous !

Vous mettez également en avant un problème de prise en charge de votre fils.
De 13h30 le mardi (quand je suis arrivée en salle de réanimation après l'opération d'Aymen) à 15h20 (au moment où il est reparti au bloc opératoire), mon fils a abondamment saigné de la bouche et du nez. C'est moi qui essuyais son sang avec des compresses, j'en ai rempli trois récipients. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi pendant ces deux heures, aucune prise en charge de mon fils n'a été décidée. Durant tout ce temps, je n'étais pas seule : il y avait une infirmière qui m'expliquait que de tels saignements étaient normaux après une opération des amygdales, des végétations et la pose de diabolos. Le médecin et l'anesthésiste sont également venus aspirer son sang mais ne comprenaient pas les raisons de tels saignements. Pourquoi avoir perdu tout ce temps ? Ils se sont inquiétés trop tard !

Qu'attendez-vous des trois enquêtes (l'une diligentée par la justice, les deux autres par l'Agence régionale de santé et l'hôpital, ndlr) en cours ?
On veut savoir pourquoi notre fils est mort et surtout quand il est décédé. La juge d'instruction a décidé d'exhumer le corps de notre enfant afin de le faire autopsier aujourd'hui. Officiellement, il est décédé le samedi matin au moment où mon mari et moi sommes partis boire un café alors qu'on le veillait depuis quatre jours, une infirmière est venue nous chercher pour nous annoncer que notre fils s'en allait. Alors qu'il était encore branché aux appareils, il est mort dans mes bras. L'hôpital a dit qu'ils l'avaient plongé dans un coma pour le soulager, mais je reste persuadée qu'il était mort cliniquement depuis le mardi soir: quand je lui faisais la toilette ou que je le massais, il ne réagissait pas. Sans ces explications, on ne peut pas faire notre deuil.

Sur le même sujet

Lire et commenter