Enterrement d'un bébé Rom refusé : "J'avais envoyé un sms de validation"

L'affaire fait grand bruit. La commune de Champlan, non loin de Paris, a refusé d'inhumer le corps d'un nourrisson, décédé il y a huit jours et dont les parents vivent au bidonville, au cimetière communal. Il sera finalement enterré ce lundi à Wissous, village voisin. Le maire de Champlan, Christian Leclerc se défend et affirme qu'il avait pourtant "envoyé un sms de validation".
FRANCE

L'affaire fait grand bruit. La commune de Champlan, non loin de Paris, a refusé d'inhumer le corps d'un nourrisson, décédé il y a huit jours et dont les parents vivent au bidonville, au cimetière communal. Il sera finalement enterré ce lundi à Wissous, village voisin. Le maire de Champlan, Christian Leclerc se défend et affirme qu'il avait pourtant "envoyé un sms de validation".
Lire et commenter