Entre ciel et terre à l’Observatoire de la Côte-d’Azur

Entre ciel et terre à l’Observatoire de la Côte-d’Azur

DirectLCI
VISITE – A Nice, l’étonnant site du mont Gros, sur lequel travaillent environ 200 scientifiques, est ouvert au public le week-end et le mercredi. La visite guidée mêle histoire de l’astronomie, découverte d’un étonnant patrimoine et panorama beau comme un astre.

Il est presque sur une autre planète : celle de l’Observatoire de Nice ! Construit entre 1881 et 1887 au cœur d’une forêt de 35 hectares sur le mont Gros, à 370 mètres au-dessus de la ville, le site s’y entend parfaitement pour dépayser son lot de visiteurs éberlués. Cette propriété d’Etat, dont les compétences scientifiques en matière notamment de cosmologie, planétologie et physique stellaire sont reconnues dans le monde entier, est accessible au grand public plusieurs fois par semaine.

L’excursion n’est pas de tout repos. Aussi bien pour les jambes (ça grimpe un peu avec 80 mètres de dénivelé) que pour les méninges très sollicitées par les explications du guide chercheur, dignes d’un mini cours de physique. Qu’importe après tout, pourvu qu’on ait l’ivresse astronomique !

Sur les sentiers, le panorama spectaculaire allant jusqu’à Saint-Tropez est beau comme un astre. Dans la foulée, on franchit une imposante porte en bronze. Celle du grand bâtiment blanc, que l’on voit parfaitement depuis Nice, imaginé par l’architecte Charles Garnier. Une bâtisse surplombée de la plus grande coupole d’Europe d’un diamètre de 24 mètres "made in" Gustave Eiffel.

Woody Allen y a tourné

A l’intérieur, dans la pénombre, trône une immense lunette de 7,5 tonnes (76 cm de diamètre et focale de 17,89m pour les puristes). Quatre réfracteurs de ce type ont été construits dans le monde à la fin du XIXe siècle. "Grâce à lui, on peut voir les yeux d’une souris sur la piste d’atterrissage de l’aéroport", s’amuse Frédéric Thévenin, directeur de recherche au CNRS qui montre également aux visiteurs comment pivote la coupole de 100 tonnes.

C’est dans cette salle où l’on espionne, entre autres, les étoiles doubles qu’une autre star est passée récemment. Woody Allen y a tourné l’an dernier des scènes de son dernier film Magic in the Moonlight qui sortira en octobre. Le cinéaste a même fait réaliser quelques travaux qu’il a laissés une fois parti… La visite offre d’autres surprises. Comme la découverte d’une lunette coudée abritée dans une sorte de wagon protecteur qui coulisse sur des rails, lorsque les chercheurs veulent l’utiliser. Carrément lunaire.

Visites individuelles à 14h45 les mercredis, samedis et dimanches, de 3 à 6€, réservations sur www.oca.eu

Plus d'articles

Lire et commenter