Eric Piolle, un écologiste à la tête de Grenoble

Eric Piolle, un écologiste à la tête de Grenoble

DirectLCI
RENVERSEMENT - Après 19 ans de règne socialiste, Grenoble a choisi de devenir un tremplin pour les Verts ! Après une campagne tendue où les principaux candidats n’ont pas été épargnés, la liste EELV-PG-Réseau Citoyen dirigée par Eric Piolle devance largement son rival désinvesti par le PS, Jérôme Safar, en récoltant plus de 40% des voix.

Ils avaient créé la surprise en arrivant en tête au premier tour et comptaient bien ravir la municipalité au PS. Pari réussi haut la main pour la coalition EELV-PG-réseau Citoyen menée par Eric Piolle ("Une ville pour tous") qui s’est finalement imposée en devançant largement son adversaire socialiste, ce dimanche à Grenoble, avec 39,68% des voix d'après les dernières estimations. La capitale des Alpes devient ainsi la seule ville de plus de 100 000 habitants en France gérée par les Verts !

Désinvesti par le PS durant l’entre-deux tours pour avoir refusé de fusionner avec les Verts, le dauphin de Michel Destot, Jérôme Safar ("Aimer Grenoble pour vous"), avait pris de grands risques en décidant de maintenir sa candidature. Il est distancé de près de 10 points par ses rivaux écologistes, puisque seuls 27,75% des grenoblois l'ont suivi. "Eric Piolle sera le maire de Grenoble. Je n'ai ni remords ni regrets", a affirmé Jérôme Safar. 

"Grenoble n’a pas résisté au vote protestataire qui s’est confirmé ce dimanche", a réagi le maire sortant Michel Destot, qui ajoute : "Je forme le voeu que cette dynamique économique et ces politiques de solidarités que nous avons mis 19 ans à reconstruire ne soient pas mises à mal ces prochaines années".

La droite recule

L’UMP-UDI, emmené par le candidat Matthieu Chamussy ("Croire en Grenoble") se classe 3e avec 23,37%, après avoir mené une campagne offensive contre les Verts durant l’entre-deux tours.

L’autre gagnant de ce scrutin est le FN, qui signera son grand retour sur les bancs du conseil municipal après 19 ans d’absence. Sa candidate, Mireille d'Ornano ("Grenoble Bleu Marine") se classe en 4e position, recueillant seulement 9,20% des voix.

D’après les premiers résultats, le taux de participation à Grenoble a atteint 58,87%, contre 53% en 2008.

 

Plus d'articles

Sur le même sujet