Extension des horaires du métro : l'inquiétude des agents de sûreté

FRANCE

TRANSPORT – Le métro toulousain va désormais rouler jusqu'à 3 h 30 du matin les vendredis et samedis. Un aménagement d'horaires qui est accueilli froidement par les agents de sureté du réseau Tisséo.

L'extension des horaires de nuit du métro ne se fait pas dans la sérénité. Conformément à la promesse de campagne du candidat Moudenc, à partir de cette semaine, les lignes A et B circuleront désormais tous les vendredis et samedis jusqu'à 3h30 du matin, soit 2h30 de plus que les autres soirs de la semaine.

"Nous ne sommes pas contre, mais on aurait souhaité que les plannings et les effectifs soient mieux adaptés à ce nouveau mode de fonctionnement", témoignent deux agents de prévention concernés en premier chef, avec les opérateurs chargés de faire rouler les rames, par la nouvelle mesure. Ils regrettent surtout le fait que cette décision leur ait été imposée sans dialogue avec les syndicats.

Davantage de fatigue

"L'extension des rythmes par rapport à une journée ordinaire va occasionner davantage de fatigue et on ne sera pas forcément dans des conditions optimales pour intervenir sur le terrain", ajoutent ceux qui sont chargés d'assurer la sécurité des passagers et du personnel Tisséo sur le réseau.

Autre inquiétude: se confronter à un public noctambule plus festif et sans doute aussi plus alcoolisé. "Si huits d'entre nous ont l'expérience du Noctambus (un bus qui ramène les fêtards tous les jeudis soir de 1 à 4 heures du matin, ndlr), avoir seulement une vingtaine d'agents sur le terrain pour gérer des usagers sur deux lignes de métro et une quarantaine de stations ne sera pas chose facile !", concluent les deux salariés.

Présence renforcée de la police nationale

"Les conditions de travail vont devenir difficiles : les attaques au couteau et le climat de violence à Toulouse sont des menaces réelles", explique Franck Bouard, délégué Sud à Tisséo. Les syndicats ont  déposé il y a quelques semaines un préavis de grève qui court toujours et qui perturbe ponctuellement le trafic, comme le jour du marathon de Toulouse, par exemple. La direction aurait déjà prévu un certain nombre d'agents pour palier à toute interruption de travail, les vendredis et samedis soirs.

Car du côté de Tisseo, on met en avant une mission de sécurité auprès du public qui sort le soir en centre-ville et ne dispose aujourd'hui pas de transport en commun passée 1 heure du matin. "Transporter du public jusqu'à 3 h 30 du matin ne sera pas beaucoup différent, ni plus dangereux que ce qu'on fait actuellement", relativise Olivier Poitrenaud qui affirme que quarante personnes (tous métiers confondus) seront déployées sur le terrain. Ce dernier attend beaucoup aussi du renforcement des patrouilles de la police nationale sur les deux lignes. Verdict ce week-end après le lancement du dispositif.

Lire et commenter