Famille séquestrée à Villeurbanne : deux suspects arrêtés

FRANCE
DirectLCI
Le 26 décembre dernier, quatre individus avaient séquestré et volé un boucher villeurbannais et sa famille à leur domicile. La police judiciaire vient d'arrêter deux suspects.

Six heures du matin, le 26 décembre 2013, les habitants de la rue Pélisson à Villeurbanne dorment encore. Dans ce quartier paisible, un boucher ambulant s'apprête à quitter sa villa pour rejoindre son lieu de travail. Il sort sur son perron, et se retrouve nez à nez avec quatre hommes armés et cagoulés.

Menaçant le père de famille, les malfrats s'introduisent dans le domicile. Ils s'en prennent alors à toute la famille. L'épouse du boucher, leurs cinq enfants et deux cousins sont bâillonnés et ligotés. Cachée dans la villa, l'aînée alerte la police. Les malfaiteurs frappent leur père de famille pour obtenir le code de leur coffre. Ils s'emparent ainsi de 80 000 euros et de plusieurs bijoux. Une patrouille de la brigade anticriminalité (Bac) arrive sur les lieux. Mais l'un des truands a repéré les forces de l'ordre.

Les malfaiteurs trahis par leur ADN

Le butin en poche, le commando prend la fuite à pied. Poursuivis par la Bac, ils tirent sur l'un des policiers sans le toucher. Les malfaiteurs parviennent à s'échapper, mais laissent en chemin plusieurs preuves. Leur véhicule, une Mercedes, et un gant accroché au portail. Des empreintes sont prélevées. Et l'ADN a parlé. Selon le journal Le Progrès , deux suspects ont été interpellés cette semaine. Ce mardi, les forces de l'ordre ont arrêté le propriétaire du gant retrouvé sur les lieux, un homme de 39 ans originaire de la Loire. Les empreintes relevées dans la Mercedes ont conduit jeudi les enquêteurs vers un Lyonnais de 35 ans.

Toujours selon le quotidien régional, le second suspect serait "ressorti libre et placé sous contrôle judiciaire" après sa convocation auprès du juge d'instruction. Quant au premier, il a été mis en examen pour "séquestration, vol avec arme, recel, tentative d'homicide volontaire en bande organisée contre personne dépositaire de l'autorité publique et association de malfaiteurs". De quoi inquiéter les autres membres du commando, toujours en fuite.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter