Fermeture de l'usine Seita à Nantes : les salariés bloquent le site

Fermeture de l'usine Seita à Nantes : les salariés bloquent le site

France
DirectLCI
SOCIAL – Le groupe Imperial Tobacco a officialité mardi la fermeture du site de Carquefou (Loire-Atlantique), qui emploie 327 salariés.

Il y a eu le choc de l’annonce, mardi. Mais aujourd’hui mercredi, la place est à la colère. Les salariés de l’usine de cigarette Seita, qui ont appris hier la fermeture de leur site de Carquefou , se sont rassemblés et ont bloqué l’entrée de l’usine, avec des palettes qu’ils ont enflammées.

Sébastien Depierre, directeur du site, est sorti leur confirmer le plan social à venir. "Il y a un projet de fermeture de l'usine de Nantes, je comprends à quel point c'est un choc pour les salariés de l'usine, pour vous et pour vos familles", a-t-il dit, devant les visages tendus et fermés.

Une procédure jusqu'à la fin de l'année

D’après lui, une première réunion du Comité central d'entreprise extraordinaire pourrait être programmée le 20 juin. Elle marquerait le début du "plan de sauvegarde de l'emploi" avec les mesures d'accompagnement social traditionnelles. "Il est également prévu la recherche de repreneurs", a indiqué Sébastien Depierre. La procédure durerait jusqu'à la fin de l’année.

Ces annonces n’ont pas calmé la foule réunie autour de lui, balançant entre colère et larmes. "C'est du baratin !", a hurlé une femme. "C'est répugnant !", a ajouté un de ses collègues, tandis que le directeur se retirait dans l’usine, sous les sifflets des salariés. De son côté, Michel Laboureur, secrétaire CGT du CCE a indiqué sa volonté de poursuivre la mobilisation : "C'est le début de la lutte. Pour nous, il n'y a aucune raison que ce site ferme, on se battra jusqu'au bout". Le site compte 327 salariés. D’après les syndicats, il offre un "véritable potentiel de production", et n’est utilisé qu’à 50 % de ses capacités.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter