Financement libyen : un document qui accuse Sarkozy authentifié par trois experts

FRANCE
AFFAIRES - Des experts ont authentifié la signature au bas d’un document libyen validant le transfert de millions d’euros vers le compte de campagne de Nicolas Sarkozy.

C’est un document qui signale le déblocage par le régime libyen d’une somme de 50 millions d’euros en faveur de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Révélé par Mediapart en avril 2012, le document était accusé par l’ancien président de la République d’être un “faux”. Mais un collège d’experts en écriture, désigné par les juges pour authentifier la signature au bas de ce document, vient de lui donner tort , selon le site Internet : elle est bien de “Moussa Koussa”, l’ancien chef des services secrets du régime libyen, selon ces experts, qui ont rendu leurs conclusions le 6 novembre.

Les experts se sont réunis le 23 octobre et ont constaté la “parfaite convergence de leurs analyses”, selon Mediapart. Ils ont comparé la signature du document concernant le financement de la campagne de Sarkozy avec deux autres signatures en dessous d’une demande de titre de séjour. Or “les concordances relevées tant sur le plan général que sur le plan du détail permettent de dire que les signatures Q1 [du document, ndlr] et MK [des demandes de titre de séjour] sont de la même main”, écrivent-ils.

Kadhafi “a continué à le financer encore après 2007”

Un ancien traducteur de Mouammar Kadhafi avait déjà authentifié ce document en 2013 lors d’une interview dans l’émission "Complément d’enquête" sur France 2, ainsi que deux hauts responsables. Mohamed el-Megarief, le premier chef de l'État libyen après la chute de Mouammar Kadhafi, ainsi que l’ancien directeur de cabinet de Saïf al-Islam Kadhafi ont tous deux confirmé ces soupçons de financement illicite. Le premier a ainsi affirmé dans un livre paru en 2012 que “Kadhafi a financé la campagne électorale de Nicolas Sarkozy et a continué à le financer encore après 2007”.

Moussa Koussa avait qualifié ce document de “faux”

Nicolas Sarkozy a déposé plainte contre Mediapart pour “faux et usage de faux” le 30 avril 2012 et il a confirmé les termes de sa plainte en décembre 2013. Moussa Koussa avait lui aussi rapidement qualifié ce document de “faux”, affirmation qu’il a réitérée devant les juges le 5 août dernier. “Mediapart maintient la vérité de ses informations, le sérieux de son enquête et l’authenticité de ses documents”, avait répondu sur son blog le président du site , Edwy Plenel, qui a confirmé avoir été entendu par les juges, comme les deux journalistes auteurs de l’article.

Les accusations de financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy font l’objet d’une procédure distincte, ouverte notamment pour “corruption active et passive”. Dans cette procédure distincte, les juges financiers Serge Tournaire et René Grouman s’intéressent en particulier à l’origine d’un virement de 500.000 euros reçu par l’ex-secrétaire général de l’Elysée Claude Guéant.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter