Franconville : un homme condamné à six mois de prison ferme pour avoir agressé une policière en civil

FRANCE

FAIT DIVERS - Une policière a été insultée et frappée mercredi 26 octobre à Franconville (Val-d'Oise) alors qu'elle n'était pas en service. Son agresseur, qui conteste avoir agi ainsi parce qu'il l'aurait reconnue, a été condamné à six mois de prison ferme.

Un homme a été condamné à six mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour avoir agressé une policière en dehors de ses heures de service, mercredi 28 octobre à Franconville, dans le Val d'Oise.  Selon nos informations, la fonctionnaire de police marchait dans la rue, en tenue civile, avec sa mère lorsqu'en passant à proximité d'un groupe d'individus, elle a été prise à partie par l'un d'eux.   

"L'agresseur, lui aussi originaire de Franconville, aurait reconnu il y a quelques jours la policière qui l'aurait contrôlé lors d'une intervention à Cergy", explique à LCI le Commandant Vandervennet, chef adjoint de la sûreté départementale du Val d'Oise. Depuis, il l'avait à plusieurs reprises importunée, jusqu'à cette altercation plus violente mercredi. Insultes, menaces de mort et  crachats fusent... la jeune policère est poussée à terre. 

Interpellé dès le lendemain des faits, l'homme n'a reconnu que partiellement les faits, reconnaissant l'altercation mais niant connaitre la qualité de policière de la victime. Présenté ce vendredi après-midi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique avec ITT inférieure à huit jours" et "menaces de mort sur personne dépositaire de l'autorité publique", il a écopé de de six mois ferme avec mandat de dépôt immédiat et de 1.600 euros de dommages et intérêts, a appris LCI de source judiciaire. 

Pour le commandant Vandervennet, il était important qu'une réponse rapide intervienne. "Chaque année, rien que sur le Val d'Oise, ce sont plus de 300 policiers, gardiens de la paix et gradés, qui sont agressés verbalement ou physiquement. C'est intolérable,  commente ce responsable policier, et cela l'est encore plus lorsque l'agression a lieu alors que les policiers sont en repos".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter