Fraude fiscale : perquisitions et arrestations en France et dans des clubs de football anglais

FRANCE

FRAUDE FISCALE - Selon la presse britannique, le fisc a mené ce mercredi une très vaste opération dans le football en France et au Royaume-Uni, visiblement liée aux transferts. Les clubs anglais visés seraient West Ham et Newcastle.

Selon un communiqué du fisc britannique, une très vaste opération assortie de plusieurs arrestations dans le milieu du football anglais et français a été menée. Parmi les clubs visités par les enquêteurs, Newcastle et West Ham sont dans le viseur des autorités. 

Toujours selon cette communication des services anglais, de nombreux hommes en lien avec le milieu du football ont été appréhendés pour des suspicions de fraude fiscale notamment. En tout, ce sont pas moins de 180 enquêteurs qui ont été déployés à travers le Royaume-Uni et la France. La presse anglaise affirme notamment que Lee Charnley, le directeur manager de Newcastle, aurait été arrêté.

Les autorités françaises assistent l'enquête au Royaume-Uni, ont procédé à des arrestations et plusieurs sites ont été fouillés en France- Le communiqué du fisc anglais

En vidéo

Fraude : les méthodes musclées du fisc britannique

Des agents français arrêtés

Au cours de leurs investigations, les enquêteurs ont saisi des dossiers commerciaux et financiers, des ordinateurs et des téléphones portables. "Les autorités françaises assistent l'enquête au Royaume-Uni, ont procédé à des arrestations et plusieurs sites ont été fouillés en France. Cette enquête criminelle envoie un message clair : qui que vous soyez, si vous commettez une fraude fiscale, vous pouvez vous attendre à en payer conséquences", indique le communiqué. 

Selon nos informations, côté français, quatre personnes ont été arrêtées. Il s’agit d’agents de joueurs qui évoluent dans le championnat anglais, soupçonnés d’avoir fraudé le fisc. Une opération menée dans l’Hexagone par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et  fiscales (OCLCCIF) avec la Brigade nationale de lutte contre la criminalité organisée corse (BNLCOC).

Lire et commenter