Fusillade devant l’hôpital Nord de Marseille

FAIT DIVERS - Des coups de feu ont été tirés sans faire de blessé, lors d'une altercation entre deux bandes rivales dimanche matin à l'hôpital nord de Marseille. Les syndicats demandent de renforcer le dispositif de sécurité devant l’établissement.

Un drame évité de justesse. Dimanche matin, des coups de feu ont été tirés devant les portes des urgences de l’hôpital Nord de Marseille suite à une violente bagarre entre deux bandes rivales.

Un incident très grave qui n’a fait heureusement aucun blessé précise la direction de l’établissement. Selon elle, trois impacts de balles sont bien visibles sur les vitres à l’entrée du bâtiment.

La fuillade filmée

L’origine de cette rixe est partie d’un violent affrontement à 5 heures du matin dans une boîte de nuit à Aix-en-Provence. Deux personnes blessées au cours de l'affrontement se présentent vers 6 heures aux urgences de l'hôpital. Deux de leurs amis les attendent à l'extérieur du bâtiment en compagnie d'un vigile.

Soudain, un homme, capuche sur la tête et arme à la main, vient en leur direction et fait feu sans les atteindre. L’enquête confiée à la Sûreté Départementale pourra s'appuyer sur les enregistrements de vidéosurveillance qui ont capté la scène.

"Au lieu du stéthoscope, le personnel doit-il porter un calibre ?"

Sur place, "c’est la consternation pour le personnel médical", témoigne Marc Katramados, représentant de Force Ouvrière de l'hôpital. "La sécurité fait complètement défaut ici", déplore le syndicaliste en référence à différents incidents survenus en 2013 au même endroit.

"Au lieu du stéthoscope, le personnel doit-il porter un calibre ?", s’interroge le syndicaliste. En septembre 2013, La direction des Hôpitaux de Marseille avait présenté aux représentants des salariés un plan destiné à assurer la sécurité des personnels . Des "mesurettes" ironise Marc Katramados qui demandera lundi lors d’un CHSCT extraordinaire la présence permanente de policiers devant l’hôpital.

La mairie en appelle au préfet

Dans un communiqué, l'ajointe à la Sécurité, Caroline Pozmentier a réagi pour exprimer son "indignation face à cet acte odieux". Déplorant une "délinquance toujours plus violente
et prête à frapper partout", l'élue, demande au Préfet de Police "de prévoir avec la police nationale, un dispositif beaucoup plus ambitieux et adapté aux enjeux véritables".
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : comment transformer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

Qui était Jean-Jacques Savin, décédé en voulant traverser l'Atlantique à la rame ?

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 300.000 cas positifs en 24h, nouvelle hausse des contaminations en France

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 21 janvier

A l'hôpital, un quart des patients positifs au Covid-19 ont été admis pour un autre motif

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.