Fusillades à Lille : quatre personnes déférées devant un juge d'instruction

Fusillades à Lille : quatre personnes déférées devant un juge d'instruction

DirectLCI
JUSTICE – Depuis ce lundi, quatre suspects font l'objet d'une information judiciaire, après les deux fusillades du dimanche 19 janvier, dont l'une a blessé un étudiant qui sortait de discothèque. Samedi matin, 300 policiers sont intervenus dans une vaste opération de police à Lille-Moulins.

L'enquête avance. Quatre hommes, un majeur et trois mineurs de 15, 16 et 17 ans, tous déjà connus "très défavorablement" de la justice, ont été déférés ce lundi devant un juge d'instruction. Les trois plus âgés ont été placés en mandat de dépôts.

Le 19 janvier, un étudiant de 20 ans avait été grièvement blessé à la sortie d'une boîte de nuit, à l'angle de la rue de Trévise et de la rue Jean-Jaurès , dans le quartier de Moulins, pour avoir défendu des copines. Blessée par six balles, la victime avait pu être sauvée miraculeusement. "S'il en a réchappé, ça relève du miracle", a souligné le procureur Frédéric Fèvre. C'est un garçon qui jusqu'à la fin de ses jours souffrira des violences dont il a été victime".

Un mitraillage de façade

Les enquêteurs ont aussi établi un lien avec le mitraillage de la façade d'un hôtel de Villeneuve d'Ascq dans la nuit du 12 au 13 décembre. Les quatre jeunes déférés sont poursuivis pour "modification de l'état des lieux d'une scène de crime ou de délit, non-dénonciation de crime, violence avec arme et en réunion, dégradations volontaires, recel de malfaiteurs", certains pour la seule fusillade de Lille, d'autres pour les deux.

Un autre jeune de 17 ans, soupçonné d'avoir tiré sur l'étudiant, est en fuite. Lui aussi "très défavorablement connu" de la justice, il est poursuivi pour "tentative de meurtre". Son arme n'a pas été retrouvée. Selon le procureur, il s'agit "vraisemblablement d'un pistolet-mitrailleur 9 mm", "une arme de guerre".

Dans une affaire distincte, des traces de sang ont été retrouvées le 19 janvier dans une voiture visée par des tirs à Lille.  Seize personnes au total ont été placées en garde à vue samedi après l'intervention de près de 300 policiers dans le quartier lillois de Moulins et à Villeneuve d'Ascq , après les fusillades et pour démanteler un trafic de drogues. Dans le volet des stupéfiants, les gardes à vue étaient toujours en cours ce lundi soir.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter