Fusion des régions : "Jacques Auxiette ne doit pas jouer avec le feu"

FRANCE
DirectLCI
REGIONS - Des élus de Droite et du Centre réagissent à l’annonce de Jacques Auxiette, le président PS des Pays de la Loire, de lancer une étude sur une possible fusion avec le Poitou-Charentes et renouvellent leur demande de référendum.

"Tout cela est fait dans la précipitation, le désordre et le manque de transparence. Cette méthode ne vaut pas mieux que celle du Gouvernement." C’est dans une lettre ouverte que les principaux élus de l'opposition des Pays de la Loire réagissent à l’annonce d’une possible fusion avec le Poitou-Charentes.

D’abord, ils critiquent la méthode, après avoir "découvert dans la presse" le lancement d’une étude sur un rapprochement entre les deux régions : "A Nantes, le président des Pays de la Loire organise de grands débats publics sur l’avenir de la région, promet des consultations ouvertes à tous, et n’a pas de mots assez durs contre le Gouvernement accusé d’imposer une vision technocratique de la décentralisation", indiquent, entre autres, Bruno Retailleau, Jean Arthuis Christian Gillet, président de conseils généraux. "Mais à Paris, Jacques Auxiette entame tout seul avec Ségolène Royal des négociations."

La Droite pour un Arc Atlantique et un référendum

Sur le fond, ensuite. Comme le président socialiste, ils se disent contre un démantèlement des Pays de la Loire. Mais réfutent la combinaison envisagée : "Telle quelle, elle n’a pas de sens. Cette carte manque à la fois d’unité et d’ambition." Pour les élus, "imposer un mariage forcé avec le seul Poitou-Charentes, c’est prendre le risque d’un divorce au sein des Pays de la Loire."

Ils invitent ainsi Jacques Auxiette à "ne pas jouer avec le feu", mais "jouer au contraire l’unité des Pays de la Loire" : "Une fusion avec le Poitou-Charentes n’aurait de sens que dans le cadre d’une grande région Arc Atlantique, qui regrouperait la Bretagne, les Pays de la Loire et le Poitou-Charentes. Cet ensemble a l’immense mérite d’exister déjà : c’est l’euro-région actuelle. Pourquoi donc réinventer un nouvel espace, au risque de compliquer encore notre organisation territoriale ?" Ils demandent, surtout, d’organiser un référendum régional "pour permettre aux habitants de décider de leur avenir."
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter