Gay Pride de Lyon : le Vème arrondissement, territoire interdit ?

FRANCE

POLEMIQUE - La marche des fiertés doit avoir lieu le samedi 20 juin prochain à Lyon. Les organisateurs ne comprennent pas pourquoi ils ne peuvent pas défiler dans le Vème arrondissement, alors que le rassemblement anti GPA de lundi soir s'est tenu dans le même secteur.

Colère et incompréhension. Le samedi 20 juin prochain, la vingtième édition de la Marche des fiertés LGBT de Lyon traversera les rues du centre-ville. Les organisateurs, qui attendent "au moins 18 000 personnes" ce jour-là, avaient dans un premier temps proposé un tracé faisant passer le cortège par le quai Romain-Rolland, dans le Vème arrondissement.

"Or, le 24 mars dernier, la préfecture nous a assuré qu'elle ne tolérait plus aucune manifestation dans ce secteur pour cause de risques de troubles à l’ordre public", explique David Souvestre, secrétaire de la Lesbian and Gay Pride de Lyon ." Les autorités craindraient que les choses ne dégénèrent, la mouvance d'extrême droite étant implantée dans le Vème arrondissement. Les identitaires y ont installé leur QG baptisé "La Traboule" . Ce que n'acceptent pas les organisateurs de la Marche des fiertés, c'est que ce lundi, le rassemblement des anti GPA (Gestation pour autrui) a lui été autorisé par les services de l'Etat. "Nous ne pouvons pas accepter ce double discours, la préfecture ne doit pas laisser des quartiers aux mains de groupuscules d'extrême droite", ajoute David Souvestre.

Rendez-vous l'année prochaine ?

La préfecture du Rhône, elle, se défend et affirme que cette décision n'a rien à voir avec l'extrême droite. Elle assure de son côté que "l’itinéraire retenu après concertation a été choisi pour garantir à la fois la sécurité du public et minimiser la perturbation occasionnée à la circulation. L'objectif est d'éviter un blocage complet du centre-ville. Il n’était par ailleurs pas possible d’envisager de bloquer plusieurs ponts au même moment."

Mais les organisateurs de la Gay Pride préviennent déjà : "en juin 2016, nous manifesterons dans le Vème arrondissement. La préfecture du Rhône et ses services ont maintenant un an pour s’y préparer", lâchent-ils, menaçant même "d'aller devant les tribunaux" si le représentant de l'Etat venait à lui interdire ce parcours.

A LIRE AUSSI >> Gay Pride de Lyon : le mot d'ordre de la discorde
 

Lire et commenter