Gérard Biard : "Ce que nous défendons, c’est la liberté de conscience"

FRANCE

CARICATURES - Samedi 17 janvier, le rédacteur en chef de "Charlie Hebdo" était invité par la chaine américaine NBC à répondre aux critiques formulées par le pape François au sujet de la nouvelle caricature du prophète Mahommet en "une" de l’hebdomadaire satirique.

Depuis les attentats visant la rédaction de "Charlie Hebdo", le 7 janvier dernier, on a peu entendu son rédacteur en chef, Gérard Biard. Hier, samedi 17 janvier, il était invité par la chaine américaine NBC à répondre aux critiques du pape à l’encontre des nouvelles caricatures de Mahommet publiées en une du dernier numéro 1178 de "Charlie Hebdo" tiré à 7 millions d’exemplaires. L’occasion de réaffirmer "l’esprit de Charlie", à savoir la défense de la liberté d’expression et de la liberté de conscience.

Dieu, "un personnage intime", pas "politique"

"A chaque fois que nous dessinons Mahomet, à chaque fois que nous dessinons un prophète, à chaque fois que nous dessinons Dieu, nous défendons la liberté de conscience" a d’abord rappelé Gérard Biard devant les caméras de NBC. "Nous disons que Dieu ne doit pas être un personnage politique et ne doit pas être un personnage public. Il doit être un personnage intime. La religion ne doit pas être un discours politique".

Et Gérard Biard de rappeler l’attachement de Charlie Hebdo à la défense de la laïcité. "Si la foi, si le discours religieux descendent jusqu’à la politique, il devient un discours totalitaire. C’est de ça dont nous préserve la laïcité, qui est le garant de la démocratie, qui est le garant de la paix. La laïcité ça permet à tous les croyants et aux autres de vivre en paix”. Il conclut : "C’est ça que nous défendons".
 

Lire et commenter