Gouvernement Valls II : les jeunes socialistes nordistes ont choisi le camp des frondeurs

FRANCE

POLITIQUE – Suite au remaniement du gouvernement ce mardi pour exclure certains éléments de l’aile gauche du PS, les militants du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) du Nord ne cachent pas leur désarroi.

La pilule a du mal à passer chez les jeunes militants PS du Nord. Après le remaniement du gouvernement ce mardi, la mise à l’écart de ténors de l’aile gauche du PS (Arnaud Montebourg, Benoît Hamont, Aurélie Filippetti) au profit de profils plus libéraux (tel qu 'Emmanuel Macron, ancien banquier et nouveau ministre de l’économie ) fait bondir les membres du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) du Nord.

"Plus que des personnes, c’est la ligne politique de rigueur adoptée qui pose problème, lâche Mehdi Chalah, secrétaire fédéral du MJS Nord. Dans la lignée des promesses de 2012, une volonté de changement de cap a été violemment repoussée de façon regrettable."

"Se séparer d'une base électorale"

Administratrice fédérale du MJS Nord, Sarah Kerrich partage cet avis. "Le débat lancé par Arnaud Montebourg était une bulle d’air pour tenter de faire passer une réelle politique de relance économique, dénonce-t-elle. Hélas, on a préféré écarter les personnes, au lieu d’ouvrir un débat. Au risque de se séparer d'une base électorale, notamment chez les jeunes."

Responsable de la section de l’Armentiérois, Alexis Debuisson en rajoute une couche : "La politique d’austérité du gouvernement ne fonctionne pas, mais on continue encore plus dans cette lignée en prenant de surcroît un banquier, comme ministre de l'Economie."

Si la nomination de Patrick Kanner – proche de Martine Aubry et actuel président du Conseil général du Nord – au poste de ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, les réconforte un peu, tous attendent avec impatience la prise de parole de la maire de Lille. "Elle s'exprimera dans les prochaines semaines sur l'ensemble des sujets politiques", affirme Gilles Pargneaux, premier secrétaire de la fédération PS du Nord. Elle ne devrait pas manquer d’évoquer la politique économique et sociale du gouvernement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter